La grâce du don ou l’horizon théologique de la déconstruction (Mauss, Derrida, Hénaff)

Tome 85 - 2010/3 |

Dans cet article, François Nault aborde la question de l’existence d’une tradition chrétienne de la déconstruction en suivant le fil du don et de la grâce. Après avoir dégagé quelques éléments stratégiques de l’Essai sur le don de Marcel Mauss et les temps forts de la lecture déconstructive qu’en propose Jacques Derrida dans Donner le temps, il s’agira d’aborder de front certains reproches adressés à cette lecture, des reproches qui concernent précisément les rapports de la déconstruction au […]


Don, grâce et participation (Introduction)

Tome 85 - 2010/3 | ,

Ce dossier rassemble les actes du colloque « Don, grâce et participation », qui s’est tenu à la Faculté de théologie de Montpellier les 15 et 16 juin 2009.
Il s’agit du premier colloque1 organisé par le groupe de recherche « Christianisme : régulations et subversions » (CRES), qui réunit des enseignants et des chercheurs de la Faculté de théologie de Montpellier et de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval à Québec.

.

 

 

1 Un second […]


ETR_0911_L204

« Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort » Le christianisme est-il un transhumanisme ?

Tome 91 - 2016/1 |

En guise de contribution à ce dossier sur Jn 11,  Guilhen Antier propose un éclairage latéral sur la problématique de la résurrection à partir d’un décryptage de la notion d’immortalité dans le discours de la foi chrétienne. Dans une démarche interdisciplinaire menée à la croisée de la psychanalyse lacanienne et des théologies irénienne et luthérienne, il tente de redéfinir les notions de mort et de vie mobilisées par la pensée paulinienne (1 Co 15 ; Rm 7) dans […]


ETR_0904_L204

Karl Barth : du Rousseau romantique à la théologie libérale

Tome 90 - 2015/4 |

Formé à l’école de la théologie libérale, Karl Barth, qui a été élève de Harnack, sait que les formules de réduction (de l’étranger au familier, de l’inconnu au connu, du divin à l’humain) peuvent être multiples, à la fois éthiques, historiques, psychologiques. Guglielmo Forni Rosa rappelle certains aspects de la position significative d’Harnack pour la compréhension de Rousseau. Barth perçoit bien que la référence à la nature à travers la raison ou la conscience crée un individu autonome, libre […]


ETR_0904_L204

Religion et démocratie : du vicaire savoyard à nous

Tome 90 - 2015/4 |

Dans cet étude, Roberto Gatti entreprend l’analyse du déisme de la Profession de foi du vicaire savoyard et montre que ce dernier, contrairement à ce que pensait Pascal, est à même de résister à l’athéisme, dans la mesure où il reste ouvert au surnaturel. En réalité, le « scepticisme involontaire » du vicaire devrait être perçu comme l’exercice d’une pensée toujours engagée dans la recherche d’une vérité qui ne peut jamais être totalement dévoilée, mais qui continue de nous interpeller […]


ETR_0911_L204

« Celui que voilà était mort et il est revenu à la vie » La résurrection de Lazare au prisme de l’expérience psychanalytique

Tome 91 - 2016/1 |

Le hasard veut que la proposition de commenter le récit de la résurrection de Lazare tombe au moment où l’enterrement d’un ami remet en scène ce récit. Ainsi, le texte ancien fait irruption au cœur du plus brûlant des réels. Autre feu : celui évoqué par Freud, et repris par Lacan, d’un rêve étrange où le fils mort s’adresse à son père : « Père ne vois-tu pas que je brûle ! » D’une association à l’autre, Pierre […]


ETR_0904_L204

Rousseau était-il protestant ? Péché, justification et Écriture selon Jean-Jacques

Tome 90 - 2015/4 |

L’essentiel de la position religieuse de Rousseau, de son néo-protestantisme, consiste à privilégier l’expérience individuelle sur la doctrine des Églises ou sur le témoignage de la Bible. S’interroger sur le protestantisme de Rousseau, ce n’est donc pas, pour Bernard Cottret, vouloir le faire entrer à tout prix dans une confession établie. La négation du péché originel ouvre un espace nouveau, à la fois politique et religieux, l’espace d’une liberté chrétienne qui se détourne de tous les énoncés dogmatiques, ou […]


ETR_0911_L204

Prêter chair à l’absence ?

Tome 91 - 2016/1 |

Lazare, figure du lecteur et de la communauté endeuillés, va être ressuscité par le don que le Jésus johannique lui fait de son propre deuil, de ses larmes. En écho à l’exégèse développée par Élian Cuvillier, Didier Fiévet propose une lecture du deuil du point de vue de l’accompagnement pastoral. Contre tout discours de la continuité, ontologique ou métaphysique, il insiste sur le devoir de reconnaître la radicalité de la mort. Il suggère un chemin de deuil qui […]


ETR_0911_L204

Tombe, excellent état, vue vie imprenable. Une lecture de Jean 11

Tome 91 - 2016/1 |

Elian Cuvillier propose une interprétation de Jean 11 et du motif de la vie dans l’Évangile de Jean qui entend respecter tout à la fois le donné textuel et la rationalité du lecteur formé à la démarche critique. Après avoir rappelé les principales difficultés du texte, l’auteur signale quelques impasses à éviter dans la démarche interprétative. Il propose ensuite trois clés de lecture ainsi qu’une traversée synchronique du texte, avant d’examiner le devenir du personnage de Lazare dans […]


ETR_0904_L204

L’autorité de la conscience et l’indifférence sceptique dans la Profession de foi du vicaire savoyard

Tome 90 - 2015/4 |

En analysant la composante sceptique de la spiritualité de la Profession de foi du vicaire savoyard de Rousseau, Philip Knee se demande si l’autorité accordée à la conscience peut conduire les hommes à l’indifférence. Au-delà d’un scepticisme invivable par sa violence et d’un scepticisme apparent entretenu par les philosophes, le scepticisme involontaire dont se réclame le vicaire lui permettrait de reconnaître les limites du savoir philosophique et théologique tout en gardant vivante la recherche du vrai.