Pierre GISEL est professeur honoraire de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne.


numero

Christianisme et postmodernité

Tome 71 - 1996/Hors-série – Faculté de théologie protestante de Montpellier : quatrième centenaire |

On parle volontiers aujourd’hui, tant au plan culturel que politico-social, de « postmodernité ». La mot a fait une apparition remarquée en architecture, puis en critique littéraire, pour envahir ensuite les champs des sciences sociales, de la philosophie et de la théologie. Notamment aux États-Unis. Dans le champ de la théologie, et du religieux chrétien, il est d’usage d’en indiquer quatre types : une valorisation du pluralisme, les échecs de la modernité, la  « déconstruction », un type […]


numero

Faculté de théologie ou de sciences religieuses ?

Tome 72 - 1997/2 |

Faut-il disjoindre sciences religieuses et théologie ? Les rapprocher ? transformer les Facultés de théologie en Département de sciences religieuses ? Faut-il localiser une chaire de judaïsme ou d’autres traditions religieuses en Faculté de théologie ou de Lettres ? De type institutionnel, ces questions cachent en fait des enjeux de fond. Pierre Gisel propose ici quelques points de repère à leur propos. Ils touchent, centralement, les thématiques suivantes : qu’en est-il de la théologie (intellectus fidei ou prétention […]


Avant-propos. Christianisme et modernité

Tome 92 - 2017/3 |

Le dossier que l’on ouvre ici fait suite à une soirée de débat organisée le 26 septembre 2016 à l’Espace culturel des Terreaux à Lausanne, à l’occasion de la nouvelle édition et de la nouvelle traduction française du célèbre texte qu’Adolf von Harnack a consacré à L’Essence du christianisme, une édition que précède une longue introduction historique et systématique de Jean-Marc Tétaz.En fin d’ouvrage, on y trouve aussi trois réactions : deux sont contemporaines de l’auteur, à savoir […]


La question du Jésus historique chez Ernst Käsemann revisitée à partir de la « troisième quête »

Tome 79 - 2004/4 |

Dans les années 1950, sous l’impulsion d’Ernst Käsemann, une « deuxième quête du Jésus historique » a renoué, à sa manière, avec la quête qui avait occupé les théologies libérales et la culture laïque à partir des Lumières et tout au long du XIXe. Pierre Gisel en trace ici le profil, le contexte et les suites, revenant du coup sur la recherche du XIXe (Strauss, Harnack, etc.) et ce qui l’avait suspendue après 1914-1918. L’article met enfin l’ensemble en perspective à partir d’une […]


Une double vocation de la théologie, interne et externe. Ordres différents et compatibilité

Tome 88 - 2013/3 |

La double vocation de la théologie répond à un double défi : d’un côté, la société est traversée de traditions diverses qu’il convient de ne pas diluer ni dépasser dans une universalité qui les concilierait ; de l’autre, la société est à prendre en charge et à penser pour elle-même, comme « tiers » décalé de chacune des traditions historiques, des positions et trajectoires singulières dont elle est le lieu. Pierre Gisel plaide pour que la théologie se déploie sur ces deux […]