Mino RANDRIAMANANTENA est titulaire d’un doctorat « double sceau » de l’Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier, et de l’université Paul-Valéry Montpellier 3, pasteur de l’Église protestante unie de France à Toulouse.


Inconscient, langage et symbolisme chez Henri Bois. II. Symbolisme et phénoménisme

Tome 96 - 2021/3 |

Dans ce second volet d’une étude consacrée à Henri Bois répartie dans deux numéros successifs de la revue, Mino Randriamanantena donne un aperçu du symbolisme tel qu’il fonctionne chez le théologien montalbanais. Il en propose une comparaison rapide avec le symbolisme du kantien Auguste Sabatier. Une définition des idées, différente de celle de Kant, conduit à une définition différente des symboles, plus universelle. Pour Bois, tout est langage, en ce sens que tout est phénomène ou représentation de […]


Inconscient, langage et symbolisme chez Henri Bois. I. Inconscient, subconscient et croyances

Tome 96 - 2021/2 |

Dans ce premier volet d’une étude consacrée à Henri Bois répartie dans deux numéros successifs de la revue, Mino Randriamanantena montre que la psychologie religieuse de Henri Bois hérite de Pierre Janet les notions de subconscient et d’inconscient. L’inconscient désigne chez ce dernier le fait que la conscience ne parvient pas à hiérarchiser les tendances psychiques enfouies dans le subconscient. En appliquant ces notions à l’expérience religieuse, Henri Bois distingue deux étapes. L’étape religieuse consiste dans le dialogue […]


Le néocriticisme d’Henri Bois

Tome 92 - 2017/3 |

Henri Bois pense trouver dans le néocriticisme français, une relecture hérétique de Kant, les fondations d’un renouveau théologique du protestantisme français. Il redéfinit le temps kantien en le considérant comme catégorie de la raison en tant que forme de l’esprit et non plus spatialisé en tant que forme de la sensibilité. Il insiste sur le rôle central de la conscience morale et de la croyance dans la théorie de la connaissance. Le Dieu qui se rencontre dans l’expérience […]


Henri Bois, porte-parole du néocriticisme au sein du protestantisme français ?

Tome 85 - 2010/4 |

En 1892, lorsqu’il présente sa candidature à la Faculté de théologie de Montauban, Henri Bois envoie aux consistoires de l’Église Réformée de France une circulaire dans laquelle il développe un projet pédagogique de recherche et d’enseignement. Dans ce projet, il mentionne élogieusement le néocriticisme philosophique de Charles Renouvier, de Charles Secrétan et de François Pillon. Ayant pris connaissance de cette circulaire, Pillon se réjouit de la nomination de Bois à la chaire de morale de la Faculté de […]