Jean-François ZORN est professeur d’histoire du christianisme à l’époque contemporaine à l’Institut Protestant de Théologie, Faculté de Montpellier.


Chronique catéchétique I

Tome 75 - 2000/1 |

Cette chronique fait suite à notre article sur la Société des Écoles du Dimanche. À la différence de celui-là, qui mettait l’accent sur l’histoire des mutations des modèles catéchétiques que la Société des Écoles du Dimanche française (SED) a connue depuis ses origines en 1852 jusqu’à nos jours, cette chronique-ci présente le matériel pédagogique que la SED a produit pour l’enfance (7-11 ans) depuis qu’elle est devenue, il y a dix ans, le service catéchétique des Églises réformées et luthériennes […]


Exégèse, herméneutique et actualisation : étapes successives ou interaction dynamique ? La notion d’exégèse homilétique

Tome 75 - 2000/4 |

Préparer une prédication exige de la méthode. L’une d’elles conçoit l’exégèse, l’herméneutique et l’actualisation du texte biblique comme trois étapes successives par lesquelles tout prédicateur sérieux devrait passer. Jean-François Zorn montre, à la lumière des recherches des sémioticiens et des homiléticiens, que cette méthode a négligé aussi bien le lecteur des textes bibliques que l’auditeur de la prédication. Leur réintroduction à l’intérieur même du temps de préparation de la prédication conduit à envisager cette préparation non plus comme […]


Benjamin-Sigismond Frossard et Guillaume de Félice : deux théologiens protestants anti-esclavagistes

Tome 79 - 2004/4 |

La lutte contre la Traite des Noirs et contre l’esclavage fut la grande affaire humanitaire du XIXe. L’historiographie française a retenu le nom de quelques abolitionnistes que la République a rendu célèbres. D’autres sont restés dans l’ombre. Parmi ces derniers, des laïcs mais également des pasteurs et des théologiens réformés comme Benjamin-Sigismond Frossard (1754-1830) et Guillaume de Félice (1803-1871) ont pourtant joué un rôle non négligeable dans la formation d’une opinion abolitionniste française. Jean-François Zorn rappelle leur rôle et montre comment […]


La division dans la Séparation

Tome 82 - 2007/1 |

En inscrivant dans le texte de la loi de 1905 la notion de « Séparation des Églises et de l’État », le corps législatif français reprenait à son compte une idée que les protestants réformés avaient promue depuis le début du XIXe siècle. Mais un esprit de séparatisme ecclésiastique et dogmatique jouait aussi entre les réformés divisés en plusieurs dénominations au cours du siècle, malgré plusieurs tentatives de réunification. Jean-François Zorn s’interroge sur le lien entre les deux types de séparation […]


Les Protestants, la loi de 1905 et la laïcité (Introduction)

Tome 82 - 2007/1 |

L’Institut protestant de théologie s’est associé aux manifestations du centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État votée en 1905. On sait en effet la place qu’ont tenue les protestants dans la genèse de la « laïcité à la française » sous la IIIe République ; on sait peut-être moins que l’un des professeurs de la Faculté de théologie protestante de Paris, Raoul Allier, joua un rôle décisif dans l’élaboration d’une version « libérale » de la Séparation, celle […]


L’appel du Macédonien. Un mythe biblique fondateur de la mission ?

Tome 83 - 2008/2 |

S’il est un texte biblique que la littérature missionnaire du xixe siècle cite abondamment, c’est bien l’appel du Macédonien relaté dans le livre des Actes apôtres (16, 6-10). Figure du païen type, le Macédonien appelle les missionnaires à se rendre aussi bien dans les contrées du monde qui n’ont jamais reçu l’évangile que dans les banlieues des villes européennes qui l’ont oublié. Dans cette étude de deux cas d’appel du Macédonien, l’un venu du Lesotho, l’autre de Belleville, Jean-François  […]


Participation et individuation. Maurice Leenhardt (1878-1954) à la croisée des chemins de l’ethnologie et de la missiologie

Tome 85 - 2010/3 |

Missionnaire protestant en Grande Terre (Nouvelle-Calédonie) de 1902 à 1926 au moment où de nombreux savants décrivent encore les peuples primitifs sur la base des récits d’explorateurs sans sortir de leur cabinet, Maurice Leenhardt se découvre une vocation d’ethnologue de terrain. Disciple de Lucien Lévy-Bruhl, il fait évoluer son concept de participation en l’interprétant non plus comme une manière d’être du « non-civilisé », mais comme l’expression d’une pensée mythique à partir de laquelle surgit la personne kanak […]