Jalons vers une modernité arabo-islamique

Tome 71 - 1996/1 |

La modernité est une condition de la survie historique des hommes et des peuples, mais elle ne peut offrir d’issues et de perspectives qu’à la condition de s’enraciner, ou mieux de naître de la mémoire collective des diverses communautés humaines. Mohammed Taleb montre que c’est parce que l’impératif moderne se décline au pluriel que nous pouvons penser une modernité arabo-islamique à partir de l’héritage civilisationnel arabe lui-même. Ce pari suppose une prise en compte de la longue mémoire, […]


Islam et modernité

Tome 71 - 1996/1 |

Parler de la modernité exige que nous définissions peu ou prou cette notion ; envisager la possible compatibilité de l’islam avec les exigences de notre temps nécessite une présentation préalable de ses fondements. Ce double travail, mené ici par Tariq Ramadan, est le seul qui puisse nous prémunir des erreurs méthodologiques nous poussant à conclure à l’inévitable conflit entre l’« islam » et la « modernité ». La modernité n’est pas l’occidentalisation et les références de l’islam sont […]


Les fondements théologiques et sociologiques d’un islam de France

Tome 71 - 1996/1 |

Peut-on parler d’un « Islam de France » ? Quelles définitions peut-on donner de cette expression ? Quelles sont les raisons qui en justifient la mise en débat ? L’islam – en tant que religion – comprend-il des éléments lui permettant de s’adapter à la réalité française en particulier, occidentale en général ? La communauté musulmane de France connait-elle des changements pouvant favoriser l’émergence d’un « Islam de France » ? Telles sont les questions sur lesquelles Ahmed […]


« Élargis l’espace de ta tente ». Pistes pour sortir le dialogue islamo-chrétien de ses ornières

Tome 71 - 1996/1 |

Force est de constater que le dialogue islamo-chrétien n’est pas parvenu à véritablement rapprocher chrétiens et musulmans. La proximité même des deux traditions, leur héritage apologétique et les images véhiculées par le médias sont autant d’obstacles à une compréhension mutuelle. Jean-Claude Basset montre que, pour sortir de l’impasse et échapper au « totalisme » qui les menace, chrétiens et musulmans sont appelés à privilégier la relation personnelle par rapport à la comparaison doctrinale et à renoncer à détenir […]


Présentation

Tome 71 - 1996/1 |

La présence des musulmans en France, et d’une manière plus générale en Europe, est devenue une réalité incontournable. Ils peuplent aussi bien nos banlieues que nos vieux centres urbains, nos écoles et universités que des zones agricoles à la recherche de main-d’œuvre. Sur le territoire hexagonal, ils sont plus de 4 millions et, sur l’ensemble de l’espace européen, une bonne vingtaine de millions. Certes, ils ne pratiquent pas tous leur religion, mais la plupart déclare être profondément attachée aux valeurs […]


Le lecteur éclairé : la clarté comme clarification

Tome 71 - 1996/2 |

Comment dépasser le clivage actuel entre la conviction d’une clarté parfaite de l’Écriture et l’hypothèse de son obscurité totale ? Relue sous cet angle, l’herméneutique de Luther montre que la clarté n’est jamais sans obscurité et qu’il y a quelque intérêt herméneutique à penser la réalité de ce « clair-obscur ». Il en résulte un modèle herméneutique dans lequel la notion statique de clarté est relayée par celle de clarification comme processus sans cesse à refaire, dans lequel […]


« Expliquer l’Écriture par elle-même » : origine et vicissitudes d’une maxime « protestante »

Tome 71 - 1996/2 |

La maxime en question a été proposée et mise en pratique par la philologie critique alexandrine. Longtemps, le judaïsme et le christianisme ont été réticents à l’égard de cet art. Après une annonce faite par Luther, suivie d’un retour vers des principes non critiques, le savoir-faire des alexandrins est reçu depuis le XVIIIe siècle. Folker Siegert écrit ici un chapitre de la longue et douloureuse histoire des rapports entre foi et raison.


Claritas ante Scripturam natam

Tome 71 - 1996/2 |

Cette perspective vétérotestamentaire sur la clarté de l’Écriture se situe en amont du texte : elle décrit la naissance de la revendication de l’Écriture à être claire, tout en montrant que cette revendication s’est développée différemment pour chacune des trois parties de la Bible hébraïque. Le parcours de Martin Rose, toutefois, ne se contente pas d’une pure description historique ; il entend également en tirer une contribution au dialogue interdisciplinaire en théologie.


Clarté et autorité de l’Écriture : Luther en débat avec Zwingli et Érasme

Tome 71 - 1996/2 |

À Frédéric

Gottfried Hammann analyse sous l’angle historique le problème de la clarté de l’Écriture en partant de deux débats contradictoires de la Réformation, celui de Luther et de Zwingli au colloque de Marbourg en 1529, à propos de la présence réelle du Christ dans la sainte cène, et celui de Luther et d’Érasme, aux alentours de 1525, à propos de la clarté de l’Écriture quant aux données fondamentales de la foi (dont la question du libre arbitre). Dans […]


De l’obscure clarté des Écritures. Un point de vue pratique

Tome 71 - 1996/2 |

L’Écriture elle-même oppose à son lecteur d’impressionnants obstacles. Ajoutons les résistances qu’elle peut susciter en lui, particulièrement en tant que charte d’Églises qui ont des histoires parfois peu recommandables. Pierre-Luigi Dubied montre que la clarté de l’Écriture n’est directe que pour ceux qui savent d’avance et en dehors d’elle ce qu’elle dit. Pour le lecteur moyen de bonne volonté, elle retentit comme une injonction à chercher l’évidence derrière l’opacité. Et à entendre aussi la promesse annoncée de vive […]