Le paradoxe de la conscience chez Pierre Bayle

Tome 95 - 2020/2 |

La liberté de conscience chez Pierre Bayle oscille. D’un côté, nous avons l’idée minimale que « les droits de la conscience sont directement ceux de Dieu lui-même », que le dictamen de la conscience ne nous appartient pas plus que la couleur de nos yeux. La conscience est ici protégée de toute intervention par un voile d’ignorance et d’impuissance, issu d’une lecture hétérodoxe de la prédestination. De l’autre, nous avons l’idée que […]



Éthique et communication

Tome 65 - 1990/4 |

Une remarque péliminaire : le jugement, et même le problème éthique qui se pose, n’est pas le même avant l’expérience pratique et après. Comment séparer l’éthique de la pratique ? Dans ce domaine comme en d’autres, avant de tracer des catégories faciles, l’éthicien devrait écouter les praticiens : non seulement pour leur compétence (la compétence ne suffit jamais pour se prononcer éthiquement), mais parce qu’eux seuls rencontrent les véritables problèmes éthiques ! La seule chose que puisse faire […]



L’intervalle

Tome 67 - 1992/4 |

Issu d’un cours sur le mythe du Politique de Platon (le monde comme mixte d’ordre et de désordre, d’un et de multiple) et ses réécritures à travers les âges (Plotin et Nicolas de Cuse, Spinoza et Leibniz, Whitehead et Deleuze ou Lyotard), ce texte se lit comme une petite métaphysique, c’est-à-dire comme le mélange indécidable entre une mathématique et un poème. Si c’est une plaisanterie, elle est courte. Si c’est une théologie, l’auteur, confus, ne peut en juger.



Ricœur et la question tragique

Tome 68 - 1993/3 |

Si le temps et le mal, qui désignent une disproportion intime, une fragilité humaine, sont des thèmes aux parages du tragique, Olivier Abel distingue dans la démarche même de Paul Ricœur deux sortes de tragique qui forment la situation fondamentale des interprétations et de l’action : un tragique de conflit, où il s’agit de répondre à deux questions incommensurables ; et un tragique d’irréversible, où la réponse à une question engendre irréparablement un autre problème. Ici et là […]



Pouvoir, amour et justice. Considérations à partir de Tillich, Ricoeur et quelques autres

Tome 72 - 1997/4 |

En croisant la manière dont Tillich et Ricœur reprennent le vieux débat sur la justice et l’amour, l’un en y introduisant le pouvoir d’éros, l’autre en exigeant la tension entre la règle et l’écart (qui explique le style métaphorique de l’amour), Olivier Abel développe plusieurs perplexités : 1/ dans le lien de filiation, la justice ne cherche plus la réciprocité ; 2/ le différend insoutenable entre les deux régimes est une source de conflits jusque dans nos Églises […]



Éloge des colonies, des dissidences et des reprises

Tome 93 - 2018/2 |

La condition coloniale (au sens où l’on parle de peuplements et de colonies en écologie) est universelle. C’est pourquoi il faut distinguer entre le colonialisme et les « colonies » de rescapés, de réfugiés, de dissidents. Nous sommes dans un temps de grandes migrations. Le propos est ici de suggérer aux uns qu’ils sont à leur tour des colons, aux autres qu’ils sont des indigènes ; que les colons ont des enfants qui seront ici chez eux, et […]



Avant-propos

Tome 93 - 2018/1 |

Le 13 novembre 2015, le Cours public du semestre d’hiver de la Faculté de théologie protestante de Montpellier, sur le thème Monothéismes et violence, fut dramatiquement rejoint par l’actualité : les attentats de Paris, perpétrés par une organisation terroriste se revendiquant de l’islam, furent les plus meurtriers en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Certaines des contributions à ce cours rassemblées dans ce dossier évoquent cette tragédie. Elles le font cependant discrètement, […]



Préface

Tome 80 - 2005/ Hors-série Paul Ricoeur |

Il y a chez Paul Ricœur une manière de mettre en intrigue qui est aussi une manière de mettre en problème, et l’on sait qu’il n’a eu de cesse de pluraliser le temps, d’en différer la question et l’aporie. Autre le temps cumulatif des techniques qui se sédimentent et s’additionnent, comme si l’humanité n’était qu’un seul homme, autre le temps discontinu des cultures et des arts, rompu par la naissance et la mort, où tout doit en quelque sorte recommencer […]



Sens et non-sens de la peine

Tome 80 - 2005/2 |

Les manières de punir sont des « concentrés » de culture, parfois archaïques, à manipuler avec une grande prudence critique, la peine étant toujours vécue comme une absurdité. Si l’on ne fait que punir, sans se sentir tenu par l’obligation de rendre acceptable le sens de la peine, le déni de responsabilité se généralise. À partir de ce constat, Olivier Abel suggère que la peine prend du temps, comme s’il y avait un travail de la peine, du côté de la victime, qui […]



Ulysse et le voyage philosophique

Tome 80 - 2005/3 |

En suivant quelques figures du voyage philosophique comme voyage contrarié, sous les auspices de divers auteurs (Platon, Hegel, Emerson, Ricoeur, mais aussi Auerbach, Homère ou Joyce), Olivier Abel suggère dans cette brève méditation le va-et-vient entre plusieurs questions fondamentales : peut-on rester, peut-on partir, peut-on revenir ? Peut-on raconter ? Peut-on penser le déplacement ?


Contactez-nous

Études théologiques et religieuses
13, rue Louis Perrier
34000 Montpellier – France
Tél : 04 67 06 45 76
Fax : 04 67 06 45 91

Nos partenaires

logo-cairn logo ipt  Logo-CNL

Contact
Envoi