Jan JOOSTEN enseigne la philologie biblique à l’Université de Strasbourg.


numero

La non-mention de la fille en Lévitique 18 ( Essai sur la rhétorique du Code de Sainteté)

Tome 75 - 2000/3 |

Lv 18 propose une liste fort étendue et systématique de relations incestueuses. Pourtant, il manque toute mention de la fille. S’agit-il d’un oubli ? Ou faut-il imaginer que les relations avec une fille étaient permises à son père ? Jan JOOSTEN avance au contraire que le législateur inclut la fille sans la nommer, et cela afin d’agrandir la force persuasive de la loi. La non-mention de la fille est une finesse rhétorique.


numero

La fille « perdue » et « retrouvée » de Lévitique 18

Tome 76 - 2001/1 |

Dans un numéro précédent d’ETR, J. JOOSTEN(*) a montré, à l’aide des catégories de la rhétorique gréco-latine, que l’inceste père/fille, bien que non explicitement mentionné, était habilement sous-entendu par le rédacteur de Lv 18. En appliquant les règles de la rhétorique sémitique et en dégageant la structuration du chapitre qui en découle, Didier LUCIANI complète ces résultats et confirme le talent de l’écrivain : celui-ci, en fichant cet interdit de l’inceste père/fille au beau milieu de son discours, il conjugue […]


img080

Christ a-t-il aboli la loi pour réconcilier juifs et païens ?

Tome 80 - 2005/1 |

L’exégèse récente a trouvé en Ep 2,15 l’affirmation de ce que le Christ, pour permettre la réconciliation entre Juifs et païens dans l’Église, aurait aboli la loi. Jan Joosten en propose ici une autre lecture : la réconciliation des deux groupes ne passe pas par l’abolition de la loi tout entière, mais par l’abrogation de certaines de ses clauses. Ce qui semble être en cause, ce sont les règles limitant le contact social, et notamment la commensalité, entre Juifs et non-Juifs. […]