Colette Briffard est agrégée de lettres et bibliste, professeur dans l’enseignement secondaire.


numero

Sem, une clé de lecture pour Babel (Gn 11/1-9)

Tome 75 - 2000/3 |

Colette BRIFFARD se propose de montrer qu’une attention minutieuse au contexte d’un extrait comme aux obstacles auxquels se heurte le lecteur peut se révéler particulièrement productrice de sens. Fort de ce type d’investigation, le lecteur de textes bibliques est en mesure de construire des hypothèses fructueuses sur ce qu’ont voulu dire les derniers rédacteurs d’un texte.


img111

2 Samuel 24. Un parcours royal : du pire au meilleur

Tome 77 - 2002/1 |

Cet article se présente comme une enquête, mieux, une exploration de traces pour tenter de saisir ce qu’ont voulu dire les rédacteurs de 2 S 24, texte pour le moins énigmatique. Concrètement, un lecteur peut, par une approche que l’on qualifiera d’historico-littéraire, apporter des éléments de réponse à ses interrogations premières et entrer en dialogue avec les propositions de sens que lui fait le texte. On prend conscience, une fois encore, de l’art et du pouvoir d’un récit.


CVS 2016:2

À la poursuite de Šēm dans l’écrit sacerdotal

Tome 91 - 2016/2 |

Après un premier examen du rôle du terme šēm dans les chapitres 10 à 12 de la Genèse, Colette Briffard poursuit l’enquête en explorant sa fonction dans l’ensemble des textes sacerdotaux du Pentateuque. De livre en livre se précise alors l’importance de la notion de nom dans les textes sacerdotaux, notion qui structure la succession des générations et définit la relation des « fils d’Israël » à leur dieu ainsi que de leurs noms à son nom.