Guilhen ANTIER est maître de conférences en théologie systématique à l’Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier, membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES – EA 4424).


La nouvelle Jérusalem entre imagination et imaginaire : Ricœur avec Lacan ?

Tome 92 - 2017/2 |

À partir d’un éclairage croisé des notions d’imaginaire chez Lacan et d’imagination chez Ricœur, Guilhen Antier propose d’interpréter la figure biblique de la nouvelle Jérusalem comme symbole d’un eschaton – d’une réalité ultime – qui se dérobe au pouvoir du langage et de l’image. Paradoxalement, ce dérobement permet de déployer le pouvoir créateur du langage et de l’image, ouvrant au cœur du monde un espace pour l’advenue d’autre chose que ce qu’il y […]


Le tournant eschatologique de la phénoménologie herméneutique (Avant-propos)

Tome 92 - 2017/2 |

Le thème de l’eschatologie, qui traite la question des fins dernières, connaît depuis la première décade du xxie siècle une influence qui déborde le cadre strict de l’herméneutique biblique et de la théologie. Ce regain d’intérêt pour la question de la fin des temps et du monde serait un symptôme de la société actuelle exposée à ce que François Hartog appelle l’évidence d’un présent omniprésent devenu horizon sans futur et sans passé, ou « présentisme »…


numero-2016-3

L’insensibilité spirituelle : une figure kierkegaardienne du désengagement

Tome 91 - 2016/3 |

Renversant la problématique « foi et engagements », Guilhen Antier s’intéresse à la question du désengagement à partir de la catégorie d’insensibilité spirituelle chez Kierkegaard. Il montre comment celle-ci mobilise la subjectivité chrétienne pour la démobiliser de l’intérieur, construisant un rapport faussé à Dieu, aux autres, à soi-même et au monde. L’insensibilité spirituelle permet un éclairage en négatif de quelques catégories kierkegaardiennes fondamentales comme l’angoisse, le désespoir, le devenir et la vérité. Aborder la question de la foi du […]


« Faites ceci en mémoire de moi ». Une lecture de la Cène

Tome 89 - 2014/1 |

Constatant un rapport ambivalent entre temps et mémoire, Guilhen Antier cherche la possibilité d’une « juste mémoire » et convoque un élément de la tradition chrétienne : la célébration eucharistique, en particulier dans sa version paulino-lucanienne. Croisant certaines données scripturaires avec, notamment, les pensées de Ricœur, Lacan, Freud et Kierkegaard, il entreprend une réflexion à la fois psycho-anthropologique et théologique dans laquelle il s’efforce de reconsidérer quelques interrogations classiques sur l’articulation du témoignage et de la preuve, de la foi et […]


Entre résurrection et croix : nommer l’évènement selon Paul (1 Corinthiens 15)

Tome 79 - 2004/4 |

Le sujet chrétien ne trouve pas son origine en lui-même, mais dans un événement délimité par la croix et la résurrection de Jésus-Christ. Cet événement entretient un rapport particulier avec le langage. Sur un plan théologique, trois notions fondamentales se croisent : le sujet, l’événement et le langage. Que signifie devenir le sujet d’un événement ? Comment cela peut-il se produire ? Est-il possible de rendre compte d’un événement dans le langage ? Quel rapport la croix et la résurrection […]


ETR_0911_L204

« Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort » Le christianisme est-il un transhumanisme ?

Tome 91 - 2016/1 |

En guise de contribution à ce dossier sur Jn 11,  Guilhen Antier propose un éclairage latéral sur la problématique de la résurrection à partir d’un décryptage de la notion d’immortalité dans le discours de la foi chrétienne. Dans une démarche interdisciplinaire menée à la croisée de la psychanalyse lacanienne et des théologies irénienne et luthérienne, il tente de redéfinir les notions de mort et de vie mobilisées par la pensée paulinienne (1 Co 15 ; Rm 7) dans […]


ETR_0902_L204

Luther par Luther. Du péché à la justice, l’expérience de la foi

Tome 90 - 2015/2 |

La pensée de Luther est inséparable de sa vie. Son œuvre de réformateur de l’Église s’enracine dans son épreuve personnelle d’une reformation de la subjectivité croyante par l’Évangile compris comme événement de parole réalisant la justification de l’être humain devant Dieu sola fide. Choisissant une perspective systématique, Guilhen ANTIER propose d’effectuer une plongée au cœur de l’expérience spirituelle de Luther pour montrer en quoi et comment cette expérience provoque un changement de paradigme qui ouvre à une reconfiguration […]