ETR_0922_L204

La nouvelle Jérusalem entre imagination et imaginaire : Ricœur avec Lacan ?

Tome 92 - 2017/2 |

À partir d’un éclairage croisé des notions d’imaginaire chez Lacan et d’imagination chez Ricœur, Guilhen Antier propose d’interpréter la figure biblique de la nouvelle Jérusalem comme symbole d’un eschaton – d’une réalité ultime – qui se dérobe au pouvoir du langage et de l’image. Paradoxalement, ce dérobement permet de déployer le pouvoir créateur du langage et de l’image, ouvrant au cœur du monde un espace pour l’advenue d’autre chose que ce qu’il y […]


ETR_0922_L204

Critique de la fin promise. Esquisse d’une herméneutique processionnelle du sujet avec Ricœur

Tome 92 - 2017/2 |

David-Le-Duc Tiaha propose une nouvelle caractérisation du tournant eschatologique de la phénoménologie herméneutique distincte du tournant théologique de la phénoménologie française de D. Janicaud. L’herméneutique du Ricœur de 1965 est un cas de figure parmi d’autres de l’eschatologie devenue une « structure philosophique ». La question de l’archè, du télos et de l’eschaton ne saurait être abordée directement comme une doctrine philosophique, mais comme l’exploration des directions de sens de la vie par lesquelles […]


ETR_0922_L204

Mal et finitude. Dialogue avec Ricœur et Lévinas

Tome 92 - 2017/2 |

Selon Emmanuel Falque la question du mal ne se pose plus aujourd’hui « après Auschwitz », mais « après l’après d’Auschwitz ». Fort de cette conviction, ce texte tente d’atteindre les racines métaphysiques du mal en ne le réduisant ni à sa valeur morale (opposition au bien) ni à sa dimension théologique (le péché). Ne se satisfaisant plus de rapporter le mal à la « faillibilité » (Ricœur), l’auteur s’efforce de la lier à la finitude, en le rapportant cette fois […]


ETR_0922_L204

Le tournant eschatologique de la phénoménologie herméneutique (Avant-propos)

Tome 92 - 2017/2 | ,

Le thème de l’eschatologie, qui traite la question des fins dernières, connaît depuis la première décade du xxie siècle une influence qui déborde le cadre strict de l’herméneutique biblique et de la théologie. Ce regain d’intérêt pour la question de la fin des temps et du monde serait un symptôme de la société actuelle exposée à ce que François Hartog appelle l’évidence d’un présent omniprésent devenu horizon sans futur et sans passé, ou « présentisme »…


numero-2016-3

Rhétorique de l’engagement et liberté évangélique

Tome 91 - 2016/3 |

Comme association fondée largement sur le bénévolat, l’Église développe une rhétorique de l’engagement. Or celui-ci est profondément transformé par l’hypermodernité, et marqué par un langage subjectiviste qui met l’accent sur la liberté de l’individu. Comment le paradoxe d’un engagement libre peut-il être éclairé par l’Évangile, sans que l’Évangile ne se résume au discours ambiant et à ses ambiguïtés ? Quelles sont les implications pour la rhétorique ecclésiale ? Christophe Singer propose de penser la dialectique des œuvres et de […]


numero-2016-3

L’insensibilité spirituelle : une figure kierkegaardienne du désengagement

Tome 91 - 2016/3 |

Renversant la problématique « foi et engagements », Guilhen Antier s’intéresse à la question du désengagement à partir de la catégorie d’insensibilité spirituelle chez Kierkegaard. Il montre comment celle-ci mobilise la subjectivité chrétienne pour la démobiliser de l’intérieur, construisant un rapport faussé à Dieu, aux autres, à soi-même et au monde. L’insensibilité spirituelle permet un éclairage en négatif de quelques catégories kierkegaardiennes fondamentales comme l’angoisse, le désespoir, le devenir et la vérité. Aborder la question de la foi du […]


numero-2016-3

De la chaire à la tribune. La parole pastorale comme geste d’engagement civique sous la Révolution française

Tome 91 - 2016/3 |

Par leurs fonctions diverses au sein des Églises, les pasteurs manifestent un engagement constant pour Dieu, matérialisé notamment par leur prédication. Durant les années 1789-1799, la question de cet engagement devient complexe du fait de la situation aléatoire du protestantisme, qui est un temps pleinement reconnu, puis de nouveau contraint à la clandestinité durant la déchristianisation engagée par la Terreur. Dans ce contexte mouvementé, quels sont les lieux et les types d’engagement des ministres de la Parole de […]


numero-2016-3

Vanité des excuses de ceux qui ont succombé souz la persécution : faiblesses humaines et engagement pour Dieu selon Gabriel Mathurin au temps de la Révocation et de l’apostasie

Tome 91 - 2016/3 |

À l’appui de l’examen d’un imprimé issu de la littérature pastorale combative diffusée depuis le Refuge huguenot, Chrystel Bernat interroge les notions antithétiques de désertion spirituelle et d’engagement pour Dieu qui s’y déploient au temps de la Révocation. Tout entier dédié à la réfutation des motifs et des stratagèmes auxquels recourent les protestants français pour justifier leur abjuration et leur duplicité confessionnelle, l’ouvrage attribué à Gabriel Mathurin offre d’évaluer les principes qui président à la défense de […]


numero-2016-3

Engagement, réciprocité et Écritures. Réflexions sur l’herméneutique de l’alliance dans l’Ancien Testament

Tome 91 - 2016/3 |

Dany Nocquet propose d’évaluer comment l’Ancien Testament a rendu compte de l’engagement divin à l’égard d’Israël. Pour l’Israël de la période exilique et postexilique (vieive siècle av. J.-C.), cet engagement se manifeste surtout par le don d’une parole qui devient livre. C’est là ce qui fait l’une des singularités les plus remarquables de la Bible hébraïque et de l’Israël ancien. Pour répondre à l’initiative divine, les textes de l’Ancien Testament déploient […]


numero-2016-3

Engagement et défaut d’engagement : allégeance, preuve, évitement (Avant-propos)

Tome 91 - 2016/3 |

L’optique est d’explorer, à l’aune d’une spécificité protestante, en l’occurrence le principe majeur du sola gratia, l’articulation entre foi et engagements dans ses déclinaisons narratives et exégétiques, ses résonances discursives et spirituelles, ses prolongements éthiques et ses reconfigurations politiques. C’est ici l’une des raisons du pluriel de l’intitulé, qui fait cas d’engagements nécessairement polymorphes. Sans que ce nœud théologique du sola gratia ne constitue un critère exclusif, c’est bien la compréhension de l’engagement, tantôt par le biais de […]