Martine GRENIER est historienne de l’art et membre de l’Équipe de Recherche sur Programme « Théologie et éthique des images », Institut Protestant de Théologie, Paris.


img080

L’Upright Motive n°1 de Henry Moore : une œuvre chrétienne ?

Tome 80 - 2005/1 |

Faut-il interpréter l’Upright motive n°1 ou Croix de Glenkiln (1956) du sculpteur anglais Henry Moore comme une œuvre profane ou religieuse ? À partir d’une analyse de cette sculpture et de l’interprétation que Moore lui-même en propose, Martine Grenier propose une réflexion plus générale sur la portée religieuse de l’art contemporain.