Jean-Daniel CAUSSE est professeur au département de psychanalyse de l’université Paul-Valéry de Montpellier et directeur du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES – EA 4424).


Le renversement diabolique du symbolique. Réflexions à partir de Romains 7

Tome 75 - 2000/3 |

Le conflit intérieur décrit par Paul en Romains 7 a souvent retenu l’attention de la théologie systématique, notamment en dialogue avec la psychanalyse. Dans ce texte, l’expérience paulinienne de la loi trouve son expression radicale dans le seul énoncé du « Tu ne convoiteras pas ». Jean-Daniel Causse propose de l’interpréter comme conflit du « symbolique » et du « diabolique ». Le premier instaure la singularité irréductible d’un sujet humain par une nomination inconditionnelle. En soumettant l’être […]


Eloge de l’avant-dernier

Tome 75 - 2000/2 |

Jean-Daniel Causse reprend la catégorie de l’avant-dernier pour repenser l’existence et le monde dans son rapport à l’ultime ou à l’eschaton. À partir d’une réinterprétation de Crainte et tremblement de Kierkegaard, il définit le sujet institué par le mouvement ultime de la foi. Il montre ensuite comment le courage d’agir trouve sa source dans une éthique en même temps brisée et reconstruite par la foi. Enfin, dans la tradition mystique, il trouve une compréhension d’un eschaton qui empêche […]


Le jour où Abraham céda sur sa foi. Lecture psycho-antropologique de Genèse 22

Tome 76 - 2001/4 |

Le récit biblique de la ligature d’Isaac pose la question du sens que l’on donne à la fonction paternelle. À partir du bref séminaire du psychanalyste Jacques Lacan sur Les Noms du Père et de son interprétation de la figure d’Abraham en Genèse 22, Jean-Daniel Causse met en lumière les enjeux à la fois anthropologiques et théologiques d’une paternité symbolique qui structure une alliance par le seul lien de la parole. Il montre notamment l’actualité d’Abraham qui devra rituellement consacrer […]


La notion de révélation. Éléments pour une reprise actuelle d’un héritage théologique

Tome 78 - 2003/1 |

Au coeur du christianisme se trouve la révélation de Dieu dans la mort et la résurrection de Jésus-Christ. Jean-Daniel Causse se propose de revisiter cette notion du point de vue de la catégorie générique de l’événement. Il montre ainsi pourquoi et comment le théologien, loin de se laisser marginaliser dans sa propre culture, est en mesure de soutenir l’opérationalité du concept de révélation et en rend compte dans le dialogue interdisciplinaire. Reprenant d’abord un moment de la discussion dans […]


Reprendre et commencer

Tome 80 - 2005/4 |

C’est au nom d’une philosophie consciente de ses propres limites que Paul Ricoeur établit une tension dialectique entre théologie et philosophie. Pas plus que le théologien, le philosophe ne peut penser à partir de lui-même, dans l’illusion d’un commencement absolu, mais il se trouve toujours déjà pris dans une pensée qui le précède. À partir de ces réflexions sur la notion de limite, Jean-Daniel Causse reprend la thématique, centrale chez Ricoeur, d’un mal et d’une espérance en excès du […]


Métaphore paternelle : judaïsme et christianisme. Une lecture de Jacques Lacan

Tome 82 - 2007/2 |

Quels rapports établir entre une fonction paternelle que le psychanalyste Jacques Lacan écrit « Nom-du-Père » et une nomination religieuse de Dieu comme Père ? Pour aborder cette question, Jean-Daniel Causse analyse la façon dont le judéo-christianisme se trouve en toile de fond de la compréhension lacanienne du « Père ». Reprenant d’abord le mythe freudien de la mort du « Père », il l’articule avec l’impossible nomination de Dieu dans le judaïsme. Il montre ensuite comment le christianisme ouvre sur une nouvelle nomination […]


La cure psychanalytique : un salut profane ?

Tome 83 - 2008/3 |

Un salut sans dieu est-il envisageable et la cure psychanalytique peut-elle être une de ses expressions ? Considérant le célèbre cas de Françoise Dolto pour laquelle, d’une certaine manière, la psychanalyse poursuit une tradition chrétienne tout en la sécularisant, Jean-Daniel Causse relève quatre points de rencontre entre salut chrétien et cure psychanalytique : l’importance du croire, la fonction de la parole, l’ouverture à une grâce, l’enjeu de l’acceptation de soi. L’homologie ainsi constatée conduit à poser la question du salut […]


Il n’y a de grâce qu’insensée

Tome 85 - 2010/3 |

Considérant la triade conceptuelle « don », « grâce » et « participation »,Jean-Daniel Causse se propose d’étudier particulièrement l’axe qui relie la grâce à la participation. Après avoir rappelé quelques lieux classiques de la discussion théologique, il montre que la grâce chrétienne se caractérise par une démesure qui est qualitative et non pas quantitative. Le « surcroît » de la grâce a ceci de spécifique qu’il permet à l’être humain de ne pas s’identifier avec ce qu’il sait de lui ou avec la place à […]


Don, grâce et participation (Introduction)

Tome 85 - 2010/3 |

Ce dossier rassemble les actes du colloque « Don, grâce et participation », qui s’est tenu à la Faculté de théologie de Montpellier les 15 et 16 juin 2009.
Il s’agit du premier colloque1 organisé par le groupe de recherche « Christianisme : régulations et subversions » (CRES), qui réunit des enseignants et des chercheurs de la Faculté de théologie de Montpellier et de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval à Québec.

.

 

 

1 Un second […]


Kierkegaard et le pseudonyme. Une figure de la vérité

Tome 88 - 2013/4 |

Dans l’œuvre de Kierkegaard, le pseudonyme occupe la fonction paradoxale de révélateur de la vérité. Après avoir distingué la pseudépigraphie de la pseudonymie, la première supposant une écriture placée sous un nom faisant autorité, ou jouissant d’une reconnaissance, la seconde supposant au contraire l’anonymat et donc l’effacement du nom, Jean-Daniel Causse montre que le pseudonyme intervient d’abord sur la scène mélancolique de l’existence de Kierkegaard lui-même, témoignant ainsi d’une façon de se faire spectateur de soi. On voit […]