La théologie chrétienne : grammaire subversive au service d’une cité provisoire

Si le travail théologique vise à donner un langage à l’événement de la foi, alors la théologie peut être définie avec Luther comme la « grammaire du mot Dieu ». Christophe Singer explore ce qu’implique cette définition quant à la possibilité d’une théologie fondée sur l’expérience et les Écritures, qui se garde pourtant du risque d’un confessionnalisme hermétique à tout dialogue et soit ainsi au service d’une existence humaine traversée par l’espérance du Royaume.

Phrase : Une théologie marquée par l’expérience de l’Évangile offre un regard nouveau sur l’existence humaine dans sa profondeur. C’est en cela que réside le service des théologiens à la cité.

Mots-clés : théologie, vérité, expérience, grammaire, subversion, Évangile, Martin Luther, parabole, renversement, Évangile de Luc

Christian theology: a subversive grammar serving a temporary city

If theological work aims at giving language to the event of faith, then theology can be defined with Luther as the “grammar of the word God”. This article explores what this definition implies regarding the possibility of a theology based on experience and Scripture, avoiding the risk of a confessionalism that is hermetic to all dialogue, and thus at the service of a human existence traversed by hope for the Kingdom.

 

p. 497-515

Auteur

SINGER Christophe
Christophe Singer a été pasteur de l’Église protestante unie de France à Portes-lès-Valence. Il est docteur en théologie et en études grecques et latines classiques. Depuis le 1er juillet 2014, il est maître de conférences en Théologie pratique à l’Institut Protestant de Théologie, Faculté de Montpellier