L’avenir d’une subversion. L’humanisme évangélique à l’heure de la modernité liquide

Au premier semestre de l’année académique 2011-2012, un cours public sur le thème « Les grands dogmes du christianisme : quelles pertinences pour aujourd’hui ? » a été organisé à la Faculté de théologie de Montpellier sous la responsabilité des professeurs Jean-Daniel Causse et Élian Cuvillier. Cet article est la conférence d’ouverture (21 septembre 2011) du professeur Benoît Bourgine.

Dans cette étude, Benoît Bourgine engage un dialogue critique avec les points de vue de Sigmund Freud et de Jacques Ellul au sujet de l’avenir du christianisme. Interprétant la fluidification contemporaine des relations sociales comme un accélérateur de la disparition des affiliations religieuses héréditaires et sociologiques au profit d’un acte de foi réflexif, il appelle de ses vœux un humanisme évangélique à la conjonction de l’expérience, de l’intelligence et du désir.

In this essay Benoît Bourgine discusses Sigmund Freud’s and Jacques Ellul’s accounts of the future of Christianity. Arguing that the contemporary propensity toward unsteadiness in social relationships hastens the fading away of hereditary or sociological forms of religious belonging in favor of reflexive acts of faith, he pleads for an evangelical humanism whose source he finds at the juncture of experience, intelligence and desire.

Télécharger l'article gratuitement

p. 315-330

Auteur

BOURGINE Benoît
Benoît BOURGINE est professeur de théologie dogmatique à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve.