Avant-propos. Christianisme et modernité

Le dossier que l’on ouvre ici fait suite à une soirée de débat organisée le 26 septembre 2016 à l’Espace culturel des Terreaux à Lausanne, à l’occasion de la nouvelle édition et de la nouvelle traduction française du célèbre texte qu’Adolf von Harnack a consacré à L’Essence du christianisme, une édition que précède une longue introduction historique et systématique de Jean-Marc Tétaz.En fin d’ouvrage, on y trouve aussi trois réactions : deux sont contemporaines de l’auteur, à savoir une recension du rabbin libéral Leo Baeck, de 1901, et un texte publié en 1903 d’un autre théologien protestant libéral de l’époque, Ernst Troeltsch, qui s’interroge sur ce qu’il y a lieu de comprendre sous le terme “ d’essence ”, en l’occurence “ d’essence du christianisme ” – Troeltsch et Harnack cristallisant deux postures différentes et instructives au sein même du libéralisme allemand. Une troisième, plus tardive, est de la main de Rudolf Bultmann, signant une préface à une réédition du livre d’Harnack en 1950.

Acheter l'article

p. 579-586

Auteur

GISEL Pierre
Pierre GISEL est professeur honoraire de la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Lausanne.