Le dédoublement théologico-politique Un triangle Schmitt-Ricœur-Lefort ?

Jean-Claude Monod entreprend de situer la conférence de Paul Ricœur, « Le pouvoir politique : fin du théologico-politique ? » (1992), publiée dans le présent numéro, entre deux pôles : la thèse d’une continuité structurelle entre les concepts théologiques et les concepts politiques modernes, qui fait écho à la compréhension de la théologie politique avancée par Carl Schmitt, est équilibrée par la volonté de prendre acte d’une rupture représentée par l’avènement d’un pouvoir coopératif et horizontal. Ce second pôle implique une discussion de la thèse de Claude Lefort d’une fin du théologico-politique, et une réinterprétation par Paul Ricœur des formes variées de la théologie politique.

Phrase : Ricœur défend la possibilité d’une autre théologie politique que celle de la souveraineté, illustrée par Carl Schmitt, en s’écartant également de l’interprétation, par Claude Lefort, de la fin du théologico-politique.

Mots-clés : démocratie, souveraineté, théologie politique, Carl Schmitt, Claude Lefort, Paul Ricœur

 

Theoligico-Political duplication. A Schmitt-Ricoeur-Lefort triangle?

This study undertakes to place Paul ricœur’s conference “Political power: the end of the theologico-Political?” (1992), published in the present edition, between two poles: the thesis of a structural continuation between theological and modern political concepts, which echoes the comprehension of political theology advanced by Carl Schmitt, is balanced by the determination to take note of a rupture represented by the advent of cooperative and horizontal power. This second pole implies a discussion of Claude Lefort’s thesis of the end of the theologico-Political and a reinterpretation by Paul Ricœur of the various forms of political theology.

p. 439-452

Auteur

MONOD Jean-Claude
Jean-Claude MONOD est chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS – UMR 8547, Archives Husserl).