La guerre n’est pas une fatalité. Hommage à l’intelligence gabaonite : Josué 9

Dany Nocquet montre combien Jos 9 est un texte étrange, dans la mesure où, au cœur du livre consacré à la conquête de Canaan, il vient mettre en question l’idée même d’une destruction totale des autres peuples et d’une séparation radicale entre Israélites et Cananéens. Avec la mise en place d’une alliance possible entre non-Israélites et Israélites, Jos 9 montre comment les Gabaonites reconnaissent Yhwh et son action en faveur d’Israël. Leur mensonge n’est pas à comprendre comme une basse ruse pour sauver leur vie, puisque ce mensonge n’est pas sanctionné, mais comme sage intelligence permettant un vivre-ensemble entre Israël et un peuple cananéen. Sur le plan historique, durant l’époque perse, un tel texte prend ses distances avec l’idéologie séparatiste des livres d’Esdras et de Néhémie. Il offre une alternative théologique à la guerre totale d’Israël contre les nations, en montrant comment certaines d’entre elles ont accès à Yhwh et peuvent cohabiter avec son peuple en Canaan, et cela depuis les commencements.

War is not a Foregone Conclusion. A Tribute to Gibeonite Intelligence : Josh 9

The author shows how Josh 9 is strange to question the very idea of total destruction of other peoples and radical separation of Israelites and Canaanites, in a book devoted to the conquest of Canaan. By a possible alliance between non-Israelites and Israelites, Josh 9 shows how the Gibeonites recognize Yhwh and his action in favour of Israel. Their lie is not guile to save their life but a wise decision towards cohabitation between Israel and a Canaanite people. Historically, during the Persian era, such a text is distant from the separatist ideology of the books of Ezra and Nehemiah. It offers a theological alternative to total war between Israel and other nations, showing how some of them have access to Yhwh and have always been able to cohabit with His people in Canaan.

 

p. 73-93

Auteur

NOCQUET Dany
Dany NOCQUET est doyen de la Faculté de théologie de Montpellier, où il enseigne l’Ancien Testament et membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES – EA 4424).