« Contrains-les d’entrer ! » (Luc 14,23). Un cas de sainte violence ?

La parabole des invités au repas, telle que Luc la rapporte (14,16-24), a longtemps été lue comme une légitimation de la violence. Luc la dote en effet d’une injonction singulière qui consisterait à contraindre les gens à entrer dans la maison du seigneur (14,23). En pleine controverse avec les Donatistes, saint Augustin a taillé à ce verset une funeste destinée en faisant de l’impératif « contrains-les d’entrer » (compelle intrare) une autorisation à user de la force contre les schismatiques. Prise au piège de cette lecture déformante, la parabole lucanienne n’en finit pas depuis de se débattre avec l’idée d’une guerre juste, ordonnée par Dieu. Céline Rohmer propose d’en reprendre le récit en faisant droit au langage parabolique qu’il mobilise. Par une lecture attentive aux renversements opérés et au vocabulaire grec emprunté, il apparaît que la parabole lucanienne ne cherche pas à légitimer mais à dénoncer la violence humaine, non plus à contraindre mais à alerter. L’enjeu s’avère ici moins pragmatique qu’herméneutique.

« Compel People to Come in ! » (Luke 14,23). A Case of Holy Violence ?

The parable of the great dinner, as Luke tells it, (14,16-24), has for a long time been read as a legitimisation of violence. Luke attributes to it a peculiar order consisting in compelling people to enter the master’s house (14,23). Disagreeing with the Donatists, saint Augustine gave to this text a disastrous meaning by turning the imperative « compell people to come in » (compelle intrare) into authorising the use of force against any recalcitrants. Trapped by this misreading, Luke’s parable has since been a question of debate on the idea of a just war, ordered by God. Céline Rohmer proposes a different reading, bearing in mind the language of parable. Reading attentively the various reversals and the Greek vocabulary, Luke’s parable by no means legitimises but rather denounces human violence, not force but warn. At stake here is less pragmatic than hermeneutic.

p. 109-124

Auteur

ROHMER Céline
Céline ROHMER est maître de conférences en Nouveau Testament à l'Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier, membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES – EA 4424).