Quel usage de la Bible en éthique politique ?

Calvin propose deux lectures possibles de la Bible en politique. La première y dégage une structure formelle minimale et universelle, qui préfigure les droits de l’homme et sans doute indirectement la démocratie moderne. L’autre suit un projet radical qui fait du pouvoir l’instrument privilégié de l’élimination de l’impureté. François Dermange montre que derrière cette hésitation entre la justice et la sainteté se joue le rapport du réformateur au pouvoir et l’ambivalence de l’apport du religieux au politique.

Calvin suggests two possible political readings of the Bible. The first one emphasises a formal, minimal and universal structure, which prefigures the human rights and probably indirectly the modern democracy. The other one leads to a radical project which uses power as the main tool for the elimination of impurity. François Dermange argues that behind this hesitation between justice and holiness, the relationship between the Reformer and power is at stake, as well as the ambivalence of the bringing-in of religion to politics.

Télécharger l'article gratuitement

p. 373-387

Auteur

DERMANGE François
François DERMANGE est professeur d’éthique à la Faculté autonome de théologie protestante de l’Université de Genève.