Puissance de la faiblesse divine. Relire 1 Co 1,18-25 en compagnie de John D. Caputo

Elian Cuvillier s’intéresse à la façon dont Caputo se situe vis-à-vis de l’apôtre Paul, à la fois dans le registre de la dette – l’idée de faiblesse de Dieu – et dans la distance critique – Paul abandonne très vite la notion d’un Dieu faible. Si Caputo a raison d’affirmer qu’après avoir soutenu l’idée radicale de la faiblesse de Dieu, Paul réinvestit la figure d’un Dieu fort et vainqueur de ses ennemis, il convient d’une part de nuancer le propos et d’autre part de tenir en tension ces deux éléments contradictoires. Ce faisant, l’auteur propose une lecture de 1 Co 1,18-25 et discute la position de Caputo sur le défi actuel que doit relever la théologie, soulignant la nécessité de poursuivre la tâche de démythologisation du langage paulinien.

 

This article first tackles Caputo’s understanding of the Apostle Paul, recognizing his debt towards him (with the idea of the weakness of God) as well as his critique (namely that Paul quickly abandons the notion of a weak God). If Caputo is right in asserting that, after insisting on the radical notion of the weakness of God, Paul does reinstate the figure of a strong God eventually victorious over his enemies, it is necessary to nuance this assertion, as well as to keep the tension between those two contradictory elements. Then Élian Cuvillier offers a critical reading of 1 Co 1,18-25 and discusses Caputo’s assertions about the challenge theology is currently facing. He concludes with the necessity to continue the task of de-mythologizing the Pauline language.

Acheter l'article

p. 399-416

Auteur

CUVILLIER Élian
Élian CUVILLIER est professeur de Nouveau Testament à l'Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier, et membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES - EA 4424).