Prêter chair à l’absence ?

Lazare, figure du lecteur et de la communauté endeuillés, va être ressuscité par le don que le Jésus johannique lui fait de son propre deuil, de ses larmes. En écho à l’exégèse développée par Élian Cuvillier, Didier Fiévet propose une lecture du deuil du point de vue de l’accompagnement pastoral. Contre tout discours de la continuité, ontologique ou métaphysique, il insiste sur le devoir de reconnaître la radicalité de la mort. Il suggère un chemin de deuil qui consiste à donner corps, à prêter chair à l’absence, c’est-à-dire à la relation que la mort a soudain débarrassée du masque, de la persona. La mort est le lieu d’épreuve du sujet. Dans ce processus, la foi est l’accueil d’un à-venir : un Christ en larmes, don que Dieu fait de son humanité.

Echoing Elian Cuvillier’s exegesis of John 11, Didier Fiévet reads the story in a pastoral care perspective in which the character of Lazarus instantiates at once the reader and the bereaved community. The story invites the reader to dismiss any ontological or metaphysical continuum between life and death, to acknowledge the radicalness of death, but also to give flesh to the absence, i.e. the relation death has suddenly deprived of its mask, the persona. In this process faith welcomes an advent, the tears of Christ, God’s gift of God’s humanity.

 

Acheter l'article

p. 87-97

Auteur

FIEVET Didier
Didier FIEVET est pasteur de l'Église protestante unie de France (Toulouse).