On ne donne pas de viande hachée au lion. L’enseignement théologique au miroir des Anciens

Un proverbe éthiopien, qui prévient que l’on ne hache pas la viande donnée au lion, illustre le rapport qui, dans tout système éducatif, est établi entre le maître et l’élève. Chacun étant lion à son tour, le maître est ainsi invité à offrir à son élève une nourriture suffisamment solide pour être utile à sa formation, et l’élève à être raisonnablement attentif et critique pour engager le maître à l’apprécier à sa juste valeur. À partir de ce fondement, et au moment où il obtient son éméritat, Jacques-Noël Pérès évalue l’enseignement qu’il a reçu et explique comment lui-même, professeur de patristique et pasteur luthérien, a voulu honorer les Pères de l’Église et les réformateurs en s’appliquant à être à l’Institut protestant de théologie un maître heureux tout en restant vigilant à l’être dans son temps. Il souligne ainsi combien foi et sciences ne sont pas antagonistes, et l’intérêt que le théologien trouve à étudier les Anciens, sans oublier le plaisir qu’il y a à enseigner.

Texte de la leçon d’adieu prononcée dans l’amphithéâtre de la Faculté de théologie protestante de Paris, le mardi 6 mai 2014.

An Ethiopian proverb urging not to serve minced meat to the lion exemplifies the relationship that any education system establishes between master and pupil. The image applies to both: the master is called to provide his pupils with a food nutritive enough for their training ; the pupil is called to be reasonably watchful and alert in order to be justly appraised by the master. As he retires from work after several decades of teaching as a patristic scholar and a Lutheran pastor, professor emeritus Jacques-Noël Pérès reflects on what he learned from his masters and meditates on his own teaching experience at the Institut protestant de Théologie in Paris. He describes it as an attempt to become a joyful master by honoring the legacy of the Church Fathers and the Reformers while remaining attentive to the needs and questions of the present times. He stresses thereby that sciences are not antagonistic to faith, that theologians have still much to learn from the ancients, and how enjoyable it is to teach.

Acheter l'article

p. 1-19

Auteur

PÉRÈS Jacques-Noël
Jacques-Noël PÉRÈS est professeur émérite d'histoire ancienne et de patristique à l'Institut protestant de théologie, Faculté de Paris.