Luther et l’angoisse de l’enfer

Si je ne trouvais Dieu en Jésus, je devrais tenir Dieu pour le diable. Zinzendorf

Pour Luther comme pour l’ensemble du monde médiéval, l’enfer est avant tout conçu comme un lieu vide de toute présence divine. Jean-Daniel Causse découvre cependant, dans l’expérience théologique de Luther, une autre compréhension de l’enfer, dont l’angoisse de Dieu est l’indice. L’enfer signifie ici non l’absence de Dieu, mais sa présence massive. Dès lors, le travail du théologien consiste à produire une distinction épistémologique entre Dieu et diable qui recouvre une distinction entre Dieu et Dieu.

 

 

 

 

 

p. 515-528

Auteur

CAUSSE Jean-Daniel
Jean-Daniel CAUSSE a été professeur d'éthique à l'Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier, puis professeur au département de psychanalyse de l'université Paul-Valéry de Montpellier 3 et directeur du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales (CRISES - EA 4424).