Les lettres catholiques comme discours articulés sur les mises en scène de Actes 15 et Galates 2. Hypothèse de travail pour comprendre la pseudépigraphie dans une perspective narratologique et canonique

Alain Gignac appréhende ici la pseudépigraphie des lettres catholiques du Nouveau Testament dans une perspective narratologique et canonique, non à partir de la rédaction de ces lettres, mais de leur lecture. Peut-on considérer Actes comme la mise en récit des personnages apostoliques qui prennent la parole dans les lettres du Nouveau Testament ? Inversement, et plus spécifiquement, les lettres catholiques ne donnent-elles pas la parole aux protagonistes de la réunion de Jérusalem relatée en Ac 15 et Ga 2, prolongeant ainsi le dialogue qui y est rapporté entre Paul (et Barnabé), Jacques, Pierre et Jean ? Se dessinerait alors l’hypothèse d’une structuration triangulaire Actes/Lettres pauliniennes/Lettres catholiques, qui ouvrirait un champ d’investigation nouveau pour une théologie du Nouveau Testament.

The author looks at the pseudepigraphy of the so called “Catholic Epistles” (CE) from a synchronic and literary angle, reformulating Robert Wall’s insight into a canonical structuration of NT letters: these epistolary discourses would echo the mise en scène of Acts 15 and Gal 2, establishing a dialogue between the characters Peter, James, John and Paul. In other words, the CE would be an answer to the Pauline Epistles (PE). The hypothesis is built on some understanding of narratology, pseudepigraphy, canon, and collection as described, and opens new ways to look at the relationship between the two letters corpus of the NT and eventually renew NT theology. In conclusion, some methodological reflection is proposed for the analysis of the triangular relationship, Acts/PE/CE.

Acheter l'article

p. 659-672

Auteur

GIGNAC Alain
Alain GIGNAC est professeur agrégé de Nouveau Testament à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l'Université de Montréal.