L’amour, au jeu de la loi et du hasard. La parabole du « bon samaritain » et le débat qu’elle bouscule (Lc 10/25-37)

Une parabole de Jésus vient distraire la volonté inquiète de trouver réponse à la question « Qui est mon prochain ? » Corina Combet-Galland montre que, par un fin jeu de rôles, qui implique à l’excès, la parabole brise la transparence, elle impose aussi distance. Aimer l’autre comme soi-même dispenserait-il de devenir soi-même comme un autre ?

p. 321-330

Auteur

COMBET-GALLAND Corina
Corina COMBET-GALLAND est professeure émérite de Nouveau Testament à l’Institut protestant de théologie, Faculté de Paris.