La spiritualité : un objet théologique identifiable ?

Nicolas Cochand s’intéresse dans cette étude au thème de la spiritualité dont il cherche à définir la notion. Analysant d’abord un point de vue athée à la fois positif et critique, il restitue ensuite un point de vue théologique construit sur une approche psychosociale et anthropologique, à partir desquels il propose une définition de la spiritualité comme processus actif de distanciation et de ressaisie. Ce faisant, l’auteur interroge le discours théologique sur la spiritualité, observant la fréquence du mode de l’injonction et de l’implication personnelle des auteurs dans leur discours. Se situant dans une approche de théologie pratique, il examine le statut de ce discours en étant attentif à l’effet qu’il produit, et s’attache à l’exemple de l’animation biblique. Le processus herméneutique qui y est déclenché peut ouvrir, selon lui, un espace de relecture de soi dans une démarche spirituelle.

La présente contribution est issue de la leçon inaugurale de l’année académique prononcée le 5 octobre 2017 à la Faculté de Paris. Quelques éléments de style conservent la trace de l’oralité.

Nicolas Cochand studies and tries to define spirituality here. He first looks at an atheist point of view, both positive and critical, and then a theological point of view constructed on a psychosocial and anthropological approach, from which he offers a definition of spirituality as an active process of distanciation and regain of control. Thus, the author questions the theological discourse on spirituality, observing how often injunction and personal implication of the authors is present. Taking a practical theological approach he examines this discourse paying attention to the effect it has, and prefers the example of biblical animation. The hermeneutics this triggers may lead to a reexamination of oneself in spirituality.

Acheter l'article

p. 435-450

Auteur

COCHAND Nicolas
Nicolas COCHAND est maître de conférences en théologie pratique à l’Institut protestant de théologie, Faculté de Paris.