La portée universelle de la Torah. Pour que le droit soit établi

Dans notre temps en manque de repères, la question du recours aux religions traditionnelles se pose : leurs repères sont-ils valables aujourd’hui, au plan du droit qui régit la vie en société ? Dans le cadre de la tradition judéochrétienne, c’est la question de la portée de la Torah mosaïque. Gérard Siegwalt montre qu’une théologie n’est crédible, dans ce contexte, qu’orientée vers le droit. Mais comment le connaître ? Car dans la société sécularisée et plurireligieuse, le recours à la loi mosaïque ne va pas de soi ; son autorité dépend de sa crédibilité, et celle-ci se mesure dans la confrontation avec le réel.

Are the ethical references of traditionnal religions still valid in regard to the Law which regulates life in society ? Within the specific frame of the judeo-christian tradition, what should be the reach of the Torah ? G. Siegwalt suggests that a theology becomes credible in this context only if it is oriented towards the Law. But in secularised societies caracterised by religious pluralism, such a reference to the mosaic Law is in no way self-evident. The authority of mosaic Law depends on its credibility, which in turn depends on its ability to cope with reality.

p. 395-409

Auteur

SIEGWALT Gérard
Gérard SIEGWALT est professeur honoraire de la Faculté de théologie protestante de l'Université de Strasbourg.