La grammaire de la haine dans le quatrième Évangile

Dans le quatrième Évangile, la violence peut être identifiée dans trois récits fondus les uns dans les autres et qui constituent la narration proprement dite : le récit de la vie de Jésus sur lequel se superpose celui du destin postpascal de ses disciples, ces deux récits étant eux-mêmes encadrés par un récit de nature mythologique. Or à lire attentivement l’Évangile, le lecteur découvre que la narration est habitée par une violence croisée qui frappe tour à tour Jésus, ses disciples et les « Juifs ».

In the fourth Gospel, violence is present in three narratives contained one within the other, and which constitute the principal narrative itself : the narrative of the life of Jesus, on which is superimposed that of the post-Resurrection destiny of the disciples, these two narratives being themselves framed by a narrative of a mythological nature. But when one reads the Gospel attentively, one discovers that the narrative is inhabited by a repetition of violence that strikes one by one, Jesus, his disciples, and the “Jews”.

Acheter l'article

p. 191-203

Auteur

ZUMSTEIN Jean
Jean ZUMSTEIN est professeur émérite de la Faculté de théologie de l’Université de Zurich.