La communication, une histoire sans parole ?

Revenant sur les origines de la communication moderne, Michel Bertrand analyse l’acte de communiquer comme un événement de parole qui met en jeu le langage humain dans sa double fonction de connaissance et de reconnaissance. Dans l’autocompréhension de la théologie chrétienne, annoncer la Parole de Dieu incarnée dans l’histoire, c’est non seulement communiquer un savoir sur Dieu mais susciter la rencontre avec lui. C’est une tâche paradoxale, car elle implique de travailler sur les mots puisque la parole divine ne se dit pas autrement qu’à travers les médiations langagières, mais celui qui veut la communiquer doit assumer ce travail exigeant en sachant qu’il n’est pas maître du sens.

Ce texte est celui de la leçon d’ouverture de l’année universitaire 2012-2013 à la Faculté de théologie protestante de Montpellier le 8 octobre 2012.

In this essay Michel Bertrand goes back to the origin of modern communication and analyzes it as having the double function of knowledge and acknowledgment. In the context of the transmission of the Gospel, he regards it as an event of language that cannot occur but through the mediation of human words.

 

Télécharger l'article gratuitement

p. 1-14

Auteur

BERTRAND Michel
Michel BERTRAND a été professeur de théologie pratique à l'Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier.