La Bible, le bruissement de ses langues, le grain de ses voix

Passant du jardin de l’Évangile de Jean à celui du Cantique des cantiques,Corina Combet-Galland s’interroge non seulement sur les contenus des énoncés bibliques, mais sur la voix qui les parle, le grain de cette voix, le poids du corps dans la musicalité de la voix ; Elle suggère ainsi que la question de la voix touche la quête de l’origine, que la voix de l’amour se livre dans les « Je Suis » fragiles et souverains de Jésus, que l’amour se chante en duo par la voix de l’homme et de la femme, rythmé par l’élan de la fugue et l’arrêt de l’admiration mutuelle, coloré par le jeu imaginatif du langage avec les sens et les sons.

Ce texte a été préparé pour la leçon d’ouverture de l’année académique 2004-2005 à la Faculté de théologie protestante de Montpellier ; il a été ensuite partiellement retouché pour une session interdisciplinaire, en avril 2007, organisée avec la CPLR à la Faculté de théologie protestante de Paris et intitulée « Voix de Dieu, voix humaines ».

Through the gardens, from the Gospel of John to the Song of Solomon, Corina Combet-Galland’s reading of the Scriptures questions the content as well as the voice that speaks them out. She carefully listens to the texture of the voice: the weight of the body present in the music of the voice, either the frail but sovereign voice of Jesus saying “I am”, or the song of love of the woman and her beloved in the Canticles.

Télécharger l'article gratuitement

p. 153-175

Auteur

COMBET-GALLAND Corina
Corina COMBET-GALLAND est professeure émérite de Nouveau Testament à l’Institut protestant de théologie, Faculté de Paris.