Karl Barth : du Rousseau romantique à la théologie libérale

Formé à l’école de la théologie libérale, Karl Barth, qui a été élève de Harnack, sait que les formules de réduction (de l’étranger au familier, de l’inconnu au connu, du divin à l’humain) peuvent être multiples, à la fois éthiques, historiques, psychologiques. Guglielmo Forni Rosa rappelle certains aspects de la position significative d’Harnack pour la compréhension de Rousseau. Barth perçoit bien que la référence à la nature à travers la raison ou la conscience crée un individu autonome, libre du poids de l’autorité, mais plutôt que l’élément cartésien de l’évidence, très présent chez Rousseau, il préfère mettre en relief l’inspiration préchrétienne de type stoïque, qui était aussi à la base de la pensée du jeune Goethe. Il considère en effet Rousseau comme un homme suspendu entre deux mondes : l’Encyclopédie et les Lumières d’une part, l’époque de Goethe et le premier romantisme (les Discours de Schleiermacher) d’autre part.

Karl Barth, who once was Harnack’s student and who was trained by liberals, knows that reduction formulas (i.e. reduction from the stranger to the familiar, from the unknown to the known, from the divine to the human) are diverse: ethical, historical, psychological. Guglielmo Forni Rosa therefore reminds us of some aspects of Harnack’s position that are crucial in order to understand Rousseau. Barth sees that referring to nature through reason or conscience creates an autonomous individual, free from the weight of authority; but rather than the Cartesian element of evidence, which is very important in Rousseau, he prefers to stress his stoical pre-Christian inspiration, that also constitutes the basis of the young Goethe’s thought. Indeed, he considers Rousseau as a man torn between two worlds: the Encyclopaedia and the Enlightenment on the one hand, and Goethe’s time and the early Romanticism (Schleiermacher’s On religion) on the other.

Acheter l'article

p. 591-605

Auteur

FORNI ROSA Guglielmo
Guglielmo FORNI ROSA est professeur émérite de philosophie morale et d'anthropologie philosophique à l'université de Bologne. Cet article a été traduit de l'italien par Brigitte Pasquet Gotti.