Ismaël et Isaac, ou la fraternité contrariée dans le récit de la Genèse

Les relations entre les deux fils d’Abraham sont à peine ébauchées dans le récit de la Genèse. Pourtant, quand on approche le texte d’un point de vue narratif, de discrets indices suggèrent au lecteur qu’Isaac vit dans la nostalgie d’un rapport fraternel qu’il n’a pu établir avec Ismaël. Le renvoi de ce fils est dû à la jalousie de Sarah (21,8-14) dont les racines remontent aux circonstances de sa naissance (16,1-16). Il a lieu alors même que Yhwh avait créé des conditions pour rendre possible un vrai rapport fraternel avec Isaac (17,19-21). André Wénin souligne en dernière analyse combien la raison de cet échec ne réside pas tant chez Sarah que dans sa relation difficile avec Abraham, dont les conséquences se reportent sur les générations suivantes.

The relationship between Abraham’s two sons is but outlined in Genesis. Nevertheless, when we approach the text from a narrative point of view, discreet clues suggest to the reader that Isaac experiences nostalgia for a sibling relationship he could not establish with Ishmael. The dismissal of this son is due to the jealousy of Sarah (21,8-21) that reaches back to the circumstances of his birth (16,1-16). It takes place even though Yhwh has created conditions to make a real brotherhood with Isaac possible (17,19-21). In the last analysis, however, the reason of this failure does not lie only in Sarah herself but also in her difficult relationship with Abraham, whose consequences are transferred to the following generations.

Acheter l'article

p. 489-502

Auteur

WÉNIN André
André WÉNIN est professeur d'Ancien Testament à la Faculté de théologie de l'université catholique de Louvain et membre de l'Institut de recherche Religions, Spiritualités, Cultures, Sociétés.