Dispute mémorielle autour du mont Sinaï dans le livre des Jubilés

La théophanie du Sinaï, présentée au début du livre des Jubilés et rappelée succinctement à la fin, masque la relégation de la révélation au mont Sinaï au second plan. Cet écrit semble placer les Jubilés dans les pas de la Torah mosaïque à l’aide de la mémoire de la révélation au mont Sinaï. Mais entre ces passages, soit quelques 49 chapitres, les Jubilés affirment en creux être dépositaires d’une autorité révélationnelle supérieure à la Torah mosaïque. Le milieu de rédaction des Jubilés joue ainsi sur la mémoire du mont Sinaï dont il ne peut s’affranchir tout en le minorant au profit d’une nouvelle histoire de la révélation. David Hamidovic suggère que le pivot n’est plus la révélation sinaïtique mais la source céleste de la révélation consignée dans les tablettes célestes, qui se situe en amont de la révélation sinaïtique.

 

The theophany of Sinai presented at the beginning of Jubilees and recalled briefly at the end masks the fact that the revelation on Mount Sinai is outshone. Indeed, this work seems to place the Jubilees in the footsteps of the Mosaic Torah with the memory of the revelation on Mount Sinai. But between these passages, i.e. some 49 chapters, Jubilees claims a revelatory authority superior to the Mosaic Torah. Jubilees plays on the memory of Mount Sinai which it cannot discard while still belittling it to the benefit of a new history of revelation. The author suggests the pivot is no longer the Sinai revelation but the heavenly source of the revelation, the heavenly tablets, which precede it.

Acheter l'article

p. 629-638

Auteur

HAMIDOVIC David
David HAMIDOVIC est professeur de littérature apocryphe juive et d’histoire du judaïsme dans l’Antiquité à l’université de Lausanne.