Combien ça coûte ? Analyse économique et relecture ecclésiologique d’un acte pastoral

Aborder les sciences économiques dans un dossier méthodologique de théologie pratique représente, selon Nicolas Cochand, un triple défi. Celui, d’abord, lié à l’idée même d’un tel rapprochement qui ne va pas de soi, tant les présupposés respectifs peuvent paraître éloignés voire antinomiques, et qui suppose de dépasser quelques préjugés sur l’économie. Lié ensuite, et comme par conséquent, à l’interdisciplinarité qui, n’étant que peu modélisée, appelle à une analyse critique de l’influence des concepts économiques dans le discours théologique et ecclésial. Un défi enfin qui, en touchant à un domaine se considérant comme non marchand et dévolu à des biens spirituels, requiert des précautions et pose la question de la manière dont une lecture économique d’une relation d’échange religieux (ou spirituel) peut être opérée et mise en perspective. L’exemple d’un calcul du coût d’un acte pastoral en Église et de la façon dont il est pris en charge a pour ambition de contribuer à une modélisation méthodologique de l’articulation entre une analyse économique et sa relecture ecclésiologique.

(Numéro thématique : La théologie pratique. Un guide méthodologique)

Addressing economics in a method file on practical theology is a treble challenge according to the author. First, the very idea of reconciling such far apart, contradictory even, concepts. Then interdisciplinarity will necessitate a critical analysis of the influence of economic factors in theological rhetoric. Finally how can a spiritual, non-commercial field inspire the economics of a relationship of spiritual, religious exchange? One example is the arithmetic of the price of the pastor’s intervention, an effort in obtaining a model of articulation of the two poles, economics and ecclesiastics.

p. 631-646

Auteur

COCHAND Nicolas
Nicolas COCHAND est maître de conférences en théologie pratique à l’Institut protestant de théologie, Faculté de Paris.