Aux sources de la pseudépigraphie. Le cas de Jérémie

Dans cette contribution, Stéphanie Anthonioz réfléchit à la pseudépigraphie non pas comme mode de réécriture mais comme mode d’écriture biblique. Pour quelle raison un texte aussi complexe que le livre de Jérémie s’est-il développé en intégrant manifestement des matériaux que nous serions tentés de définir comme pseudépigraphiques ? Pourquoi d’autres matériaux réécrits sur le livre ou ses traditions sont-ils alors devenus autonomes et, plus tard, à proprement dit pseudépigraphiques ? L’étude revisite le livre de Jérémie, analyse ses différentes formes littéraires ainsi que la notion de « livre » dans le livre.

 

The subject of this communication is the notion of pseudepigraphy as biblical writing and not rewriting. Why did the very complex book of Jeremiah develop by integrating material we could call pseudepigraphic whereas other material was separated from the book and in time became pseudepigrapha? The book of Jeremiah is here analysed according to its different literary forms and structures with special attention to the notion of the book within the book.

Acheter l'article

p. 563-582

Auteur

ANTHONIOZ Stéphanie
Stéphanie ANTHONIOZ est professeure de littératures et religions comparées du Proche-Orient ancien à la Faculté de théologie de l’université catholique de Lille, membre du laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167, CNRS – Paris Panthéon Sorbonne – EPHE – Collège de France).