Antiesclavagisme et féminisme. Le combat théologique des soeurs Grimké aux Etats-Unis dans les années 1830

Sarah et Angelina Grimké, actives militantes de la lutte contre l’esclavage, jouèrent également un rôle important au sein du féminisme naissant. Michel Grandjean montre que les arguments bibliques et théologiques qui leur permettent de défendre les droits du Noir face au Blanc servent ainsi à promouvoir la femme. Dans ses  Lettres sur l’égalité des sexes (1838), Sarah Grimké condamne avec une cinglante ironie les traditions masculines et se livre en particulier à une exégèse libre et nouvelle d’un certain nombre de péricopes sur les relations entre l’homme et la femme.

In extending to the cause of women the biblical and theological arguments used in support of black people, the antislavery activists Sarah and Angelina Grimké have played a significant part in the early developments of North American feminism. As an example, Michel Grandjean shows how Sarah Grimké’s Letters on the Equality of the Sexes (1838) castigate the traditions of men and freely display a new exegesis of biblical passages concerning man and woman.

Télécharger l'article gratuitement

p. 317-332

Auteur

GRANDJEAN Michel
Michel GRANDJEAN est professeur d’histoire du christianisme à la Faculté de théologie de l’Université de Genève, Uni-Bastions,