La nouvelle perspective sur Paul et ses limites. Quelques réflexions psychologiques

Tome 83 - 2008/4 |

Cet article résume en cinq thèses l’interprétation de Paul avancée par les tenants de la New Perspective on Paul et propose une série de contre-thèses fondées sur des arguments relevant de la psychologie historique de la religion. Même si la tradition luthérienne et son renouveau, grâce à l’herméneutique existentiale au sein de l’école bultmanienne, ont interprété Paul en refusant radicalement l’approche psychologique, le résultat des réflexions psychologiques qui suivent s’inscrit dans la ligne de Luther et de Bultmann. […]


La conversion de Paul et celle Nasir Khusraw. Un rencontre au musée imaginaire de l’histoire

Tome 83 - 2008/4 |

Quand on s’intéresse à Nasir Khusraw, on découvre chez Paul bien des choses qu’on n’aurait pas vues sans cela. Tous deux ont en commun d’avoir vécu une conversion, d’avoir adhéré à un courant minoritaire dans leur religion, d’en être devenus le missionnaire, d’avoir subi des persécutions, d’avoir prolongé leur activité missionnaire par une activité littéraire et d’avoir développé une exégèse non littérale de la Bible ou du Coran. Chacun de ces points mérite de faire l’objet d’une comparaison. […]


Franchir les frontières de façon paradoxale. Propositions pour une psychologie religieuse du christianisme primitif

Tome 83 - 2008/4 |

La psychologie du christianisme primitif qui est ici ébauchée se caractérise principalement par l’élaboration du concept de transgression des limites dans les domaines du mythe, de l’éthos et du rite. Le « mythe » christologique transgresse la limite entre Dieu et l’homme. Selon l’approche cognitive de la psychologie de la religion, l’idée d’incarnation est une idée « contrintuitive ». L’éthos du renoncement à la violence et de l’amour des ennemis est, dans le langage de la psychologie, une « intervention paradoxale », c’est-à-dire une […]


Regards psychologiques et sociologiques sur le christianisme primitif : cinq études de Gerd Theissen ( Introduction)

Tome 83 - 2008/4 | , ,

Gerd Theissen est un des rares savants dont l’œuvre intéresse aussi bien les théologiens que les chercheurs en sciences des religions, en particulier dans les domaines de la psychologie et de la sociologie des religions. En témoignent les « Deux journées d’étude avec le professeur Gerd Theissen » qui ont eu lieu les 21 et 22 septembre 2007 à l’Université de Lausanne, organisées par la Faculté de théologie et de sciences des religions, sous les auspices conjoints de l’Institut romand […]


Comment peut-on être calviniste aujourd’hui ?

Tome 84 - 2009/3 |

Éric Fuchs propose de réfléchir à la vive tension qui travers l’œuvre de Calvin, entre fascination pour la grandeur du mystère insondable du dessein de Dieu et volonté sans défaillance d’organiser l’Église et la société en conformité avec la Loi de Dieu. Cette apparente incohérence n’est jamais résolue par Calvin. C’est ce qui donne à sa pensée sa force et son dynamisme. Être calviniste, c’est refuser une spiritualité qui n’aurait aucune retombée politique et sociale, et refuser un […]


Actualité et limites d’une éthique calvinienne

Tome 84 - 2009/3 |

Denis Müller montre que l’éthique de Calvin ne saurait être idéalisée hors du contexte de sa production et de sa réception. Une généalogie critique nous oblige à la reconstruire, en dialogue permanent avec la culture contemporaine et en tenant compte du pluralisme des sociétés démocratiques et des éthiques elles-mêmes. Ce n’est qu’au prix d’un tel effort que nous serons en mesure d’en redécouvrir la pertinence possible.


Calvin, aux origines de la démocratie moderne ?

Tome 84 - 2009/3 |

L’universalité n’est pas chose donnée et ne peut être confondue avec la loi naturelle telle que la concevait la théologie naturelle de Thomas d’Aquin. Isabelle Bouvignies montre qu’en pensant la loi naturelle dans son cadre biblique, et en en faisant une loi morale s’adressant à chaque homme, la théologie calvinienne barre le chemin à une naturalisation de la loi juste bonne à entretenir dans la philosophie politique contemporaine la nostalgie d’une perte irrémédiable. Il suffit pourtant de prendre conscience […]


Quel usage de la Bible en éthique politique ?

Tome 84 - 2009/3 |

Calvin propose deux lectures possibles de la Bible en politique. La première y dégage une structure formelle minimale et universelle, qui préfigure les droits de l’homme et sans doute indirectement la démocratie moderne. L’autre suit un projet radical qui fait du pouvoir l’instrument privilégié de l’élimination de l’impureté. François Dermange montre que derrière cette hésitation entre la justice et la sainteté se joue le rapport du réformateur au pouvoir et l’ambivalence de l’apport du religieux au politique.


Calvin et la providence : actualité provocatrice d’un thème embarrassant

Tome 84 - 2009/3 |

Fulvio Ferrario expose les lignes fondamentales de la réflexion calvinienne sur la Providence et montre comment l’interprétation des textes bibliques par le réformateur met en œuvre des éléments importants de la pensée stoïcienne transmise par l’humanisme de la Renaissance. Les thèmes de la toute-puissance de Dieu et de la foi occupent bien sûr une place centrale. Une relecture actuelle de la doctrine calvinienne de la providence requiert, selon l’auteur, une mise en relation plus radicale du premier article […]


Etiam Extra Ecclesiam : l’action de l’Esprit Saint selon Calvin

Tome 84 - 2009/3 |

Calvin distingue une triple action de l’Esprit Saint : dans toute la création, auprès de tous les hommes, auprès des élus. Bernard Rordorf montre que les deux premières relèvent de la providence générale et spéciale, la troisième de la prédestination. Or la discontinuité est manifeste entre celles-là et celle-ci, ce qui pose un problème quant à l’unité de l’action de l’Esprit et, plus particulièrement, quant à l’unité de l’œuvre du Christ.