Samuel BENETREAU est professeur émérite de Nouveau Testament à la Faculté de théologie de Vaux-sur-Seine.


La richesse selon 1 Timothée 6,6-10 et 6,17-19

Tome 83 - 2008/1 |

La Première épître à Timothée offre deux sections sur le thème de la richesse, proches l’une de l’autre mais nettement séparées. Samuel Bénétreau s’étonne de cette dualité. Faut-il parler de redondance, ou, au contraire, de tension ou même d’opposition ? Cette étude cherche à montrer ce qui distingue les deux passages, le premier comme appendice de la polémique antihérétique, le second comme recommandation visant la catégorie des riches dans l’Église. Les destinataires ne sont pas identiques, mais le message de […]


Le repos du pélerin (Hébreux 3,7-4,11)

Tome 78 - 2003/2 |

Le motif du pélerinage du peuple de Dieu, indéniablement présent dans l’épître aux Hébreux, s’accompagne de la promesse d’un « repos ». Pour des commentateurs importants, ce repos ne peut être situé qu’au terme du parcours, après la mort du croyant : c’est l’objet d’une espérance, une réalité purement eschatologique. À partir d’indices fournis par la section étudiée et en fonction de la théologie de l’épître, Samuel Bénétreau propose une interprétation plus souple qui laisse place à une actualisation du repos durant […]


Permanence de la symbolique familiale en Romains 8, 18-30

Tome 87 - 2012/2 |

Constitués par l’Esprit « Fils de Dieu ! », « Héritiers de Dieu ! ». La proclamation de ce remarquable privilège est au cœur de Romains 8, 14-17. Samuel Bénétreau examine ce que devient cette symbolique familiale dans la section suivante (18-30) ? Sans perdre l’orientation foncièrement eschatologique du chapitre 8 dans son ensemble, cette section s’intéresse à la réalité vécue par ces « fils de Dieu », avec ses limites et ses faiblesses, et la symbolique familiale, bien loin d’être oubliée, s’enrichit. À des éléments repris de […]


ETR_0902_L204

Le symbolisme dans l’Épître aux Hébreux. Images et métaphores

Tome 90 - 2015/2 |

L’auteur de l’Épître aux Hébreux est considéré comme un rhétoricien expert. On a fait de longues listes des procédés rhétoriques utilisés. Dès l’Antiquité, les rhétoriciens ont fait une place à l’ornementation, et on s’est interrogé : les figures de style servent-elles seulement à embellir le discours, à gagner les faveurs du public par le « bien dire », ou contribuent-elles à la performance, entrent-elles dans le processus de persuasion ? Laissant de côté l’ample utilisation des figures tirées du pèlerinage et du […]