Vanité des excuses de ceux qui ont succombé souz la persécution : faiblesses humaines et engagement pour Dieu selon Gabriel Mathurin au temps de la Révocation et de l’apostasie

À l’appui de l’examen d’un imprimé issu de la littérature pastorale combative diffusée depuis le Refuge huguenot, Chrystel Bernat interroge les notions antithétiques de désertion spirituelle et d’engagement pour Dieu qui s’y déploient au temps de la Révocation. Tout entier dédié à la réfutation des motifs et des stratagèmes auxquels recourent les protestants français pour justifier leur abjuration et leur duplicité confessionnelle, l’ouvrage attribué à Gabriel Mathurin offre d’évaluer les principes qui président à la défense de l’engagement à préserver la foi réformée, tout en révélant la tension théologique qui parcourt les discours pastoraux fondés sur un principe de justice rétributive qui cherche à interpeller les renégats sur la question de savoir si l’amour de Dieu peut aller jusqu’à les sauver de leur parjure et ce que la grâce gratuite néanmoins leur commande pour espérer préserver leur salut.

In this article Chrystel Bernat examines the antithetical notions of spiritual desertion and commitment to God in a book issued in the Huguenot Refuge at the time of the Revocation of the Edict of Nantes (1685). This book ascribed to Gabriel Mathurin is entirely dedicated to refuting the motivations and stratagems employed by French Protestants to justify their abjuration and confessional duplicity ; it not only appraises the principles meant to preserve the Reformed faith from apostasy and Nicodemism ; it also reveals the theological tension at work in the pastoral discourses founded upon a highly retributive concept of justice as it raises the thorny question of whether renegades can be saved.

Acheter l'article

p. 417-447

Auteur

BERNAT Chrystel
Chrystel BERNAT est maître de conférences en histoire du christianisme moderne à l'Institut protestant de théologie, Faculté de Montpellier, membre statutaire du Laboratoire d'études sur les monothéismes - UMR 8584, CNRS-EPHE.