Romains 13 dans la philosophie morale et politique de Paul Ricœur

Saint Paul est régulièrement présent sous la plume de Paul Ricœur dans les écrits de la période du symbole. Selon Aurore DUMONT il est une figure qui convient à cette pensée qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, assume la tâche assignée à la philosophie en général et à la philosophie politique en particulier, par Karl Jaspers dans son ouvrage La Culpabilité allemande, qui en 1949 faisait admettre à Ricœur que « nous n’avons pas encore intégré la terreur à une anthropologie, ni même sérieusement pensé la dimension historique et politique de l’homme ». Dans le domaine politique, le célèbre chapitre 13 de l’Épître aux Romains vient pour sa part illustrer trois étapes de la pensée de Ricœur, qui encadrent « Le paradoxe politique », celle du politique comme problème, comme énigme et comme utopie. Avec Rm 13, on assiste ainsi à une reprise du politique, issue d’une réflexion sur le mal, qui se déplace progressivement pour tenter le pari d’une affirmation du politique en tant que progrès sous le signe de l’institution.

Ce texte est issu de la communication donnée le 30 mai 2014 à l’occasion du colloque international Paul Ricœur, herméneutique et Asie, qui s’est tenu à Tapei (Taiwan).

Saint Paul is regularly present throughout Paul Ricœur’s writings on the symbolic. In the aftermath of the Second World War, he is a figure who suits the thought which takes upon itself the task assigned to philosophy in general and political philosophy in particular by Karl Jaspers in The Question of German Guilt [Die Schuldfrage]. In 1949, this work brought Ricœur to confess that « we have not yet incorporated terror into an anthropology, nor seriously considered the historical and political dimension of man. » Within the political realm, the celebrated chapter thirteen of the Epistle to the Romans comes, for its part, to illustrate three stages of Ricœur’s thought. They frame « the political paradox, » namely that of the political as problem, the political as enigma, and the political asutopia. With Romans 13, one thus witnesses a resumption of the political, one which « proceeds centrally from a reflection upon evil » (Monteil) in order to progressively displace and attempt the wager of an affirmation of the political as progress devoted to the institution.

Acheter l'article

p.451-461

Auteur

DUMONT Aurore
Aurore DUMONT, doctorante en philosophie et sciences sociales à l'École des hautes études en sciences sociales et à l'Intitut protestant de théologie, Faculté de Paris, prépare une thèse sur Paul de Tarse dans la philosophie contemporaine.