Les académies protestantes de Montpellier et Montauban au XVIIe siècle

L’histoire de notre institution académique commence alors que le XVIe siècle s’achève. Depuis 1562, huit guerres de religion ont éprouvé le royaume de France. En 1598, la dernière se clôt par un édit de pacification assez semblable aux précédents, à ceci près qu’il va durer : l’Édit de Nantes. C’est lui qui donne aux protestants réformés un statut légal. À leurs institutions qui se cherchaient une légitimité depuis 1559, il procure un cadre dans lequel elles vont se déployer, politiquement et ecclésialement jusqu’à la Grâce d’Alès (1629), puis se maintenir sur le seul plan ecclésial et dans les conditions précaires que l’on sait durant la première partie du règne de Louis XIV, jusqu’à la Révolution (1685). Les académies protestantes sont nées dans ce contexte où l’horizon institutionnel des Églises réformées de France s’éclaircissait. Pour ce qui concerne la période d’Ancien Régime, Hubert Bost évoque d’abord ces académies protestantes en général, puis successivement de celles de Montpellier et de Montauban puisque l’actuelle faculté est l’héritière du passé de l’une et l’autre. Après avoir rappelé la chronologie de leur histoire, il s’arrêtera sur leur fonctionnement, l’organisation des études et les professeurs.

p. 37-49

Auteur

BOST Hubert
Hubert BOST a enseigné l’histoire de la théologie à l’IPT, Faculté de Montpellier de 1986 à 2003. Il est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (chaire « Protestantismes et culture dans l’Europe moderne, XVIe-XVIIIe siècles ») et depuis novembre 2013 Président de l'EPHE.