Entre les voix du passé et les défis d’aujourd’hui : vocation d’une faculté de théologie

Nous venons de vivre un moment fort dans la vie d’une institution de type universitaire : la remise de doctorats honoris causa. Sans doute, pourrait-on se demander si le déferlement des toges doctorales, l’éclat de la blanche hermine et du violet s’accordent bien avec l’austérité protestante, et plus fondamentalement, s’il faut des grades, des titres, des doctorats et des habilitations en théologie…

Que faisons-nous au sein de nos Facultés aujourd’hui en conférant des doctorats honoris causa ou d’autre titres. Nous exprimons notre reconnaissance, et ce dans un double sens : dans un sens juridique et dans un sens éthique.  Dans un sens juridique, nous manifestons à l’intention d’un homme ou d’une femme qu’il ou elle est un maître reconnu par ses pairs pour guider les uns et les autres dans la quête de la vérité, nous disons qu’il ou elle a fait ses preuves et – dans le cas des docteurs honoris causa – qu’il ou elle excelle dans l’enseignement de la théologie, qu’il ou elle a publié et innové. C’est aussi l’occasion d’une reconnaissance sous l’angle éthique. Formulé en termes plus simples : nous disons merci à ceux qui sont aujourd’hui honorés pour leur œuvre. Ils ont enrichi notre savoir, affiné nos méthodes, fait progresser nos approches dans ce vaste chantier qu’est la théologie comprise comme discipline universitaire.

p. 31-36

Auteur

LIENHARD Marc
Marc LIENHARD est professeur émérite et doyen honoraire de la Faculté de théologie protestante de l’Université Marc-Bloch de Strasbourg.