Conception et finalité de l’enseignement de la théologie à la Faculté de Montauban (1809-1919) et de Montpellier (1919-1976)

La période contemporaine de notre Faculté commence officiellement le 17 octobre 1808 lorsqu’un décret impérial mentionne l’établissement à Montauban d’une Faculté de théologie protestante dans le cadre de l’Université de Toulouse. L’ouverture des cours eut lieu en janvier 1810 avec deux professeurs sur les six prévus et l’installation solennelle de la Faculté s’est déroulée le 3 novembre 1810. On pourrait ainsi continuer à exposer les grandes étapes institutionnelles et intellectuelles de la Faculté jusqu’à nos jours. Mais Laurent Gambarotto  propose de faire découvrir un aspect plus spécifique de la vie de la Faculté, une rapide traversée de près de deux siècles d’histoire à partir de l’interrogation relative à la finalité de l’enseignement de la théologie dans la Faculté de Montauban et de Montpellier. Pourquoi former des théologiens et de quel type ? Pour cela, il a privilégié l’exploration d’une source documentaire d’un genre particulier : les rapports des doyens et les leçons présentées chaque année lors de la séance solennelle de rentrée universitaire, entre 1810 et 1976. Trois moments semblent illustrer tout particulièrement des attitudes, des sentiments et des idées révélateurs d’options théologiques et de rapports à la réalité ecclésiale ainsi qu’à la société plus globale. D’abord, une période qui, entre 1810 et 1840, couvre les débuts de la Faculté et le temps du Réveil. Ensuite, de 1890 à 1920, l’époque des renouvellements théologiques et des changements institutionnels ; puis, plus proche de nous, la fin des années 1960 et la création de l’Institut Protestant de Théologie au début des années 1970.

En annexe de l’article, la liste des professeurs des académies et facultés de Montpellier et Montauban.

p. 51-70