Cavernes païennes, cavernes chrétiennes

Le récit de la première apparition de l’archange saint Michel prenant possession d’une caverne au Sud de l’Italie (récit conservé dans les Acta Sanctorum) nous montre les chrétiens n’osant pénétrer dans l’espace obscur (dont on sait maintenant qu’il abritait un sanctuaire de Mithra). Le contraste est vif avec les récits de héros païens qui pénètrent sans crainte dans les grottes. Le même contraste se retrouve dans l’analyse des textes portant sur des cavernes purement littéraires : le sage selon Platon réussit à apprivoiser la caverne où il se trouve et s’en libérer, alors que saint Augustin se perdait dans ses espaces intérieurs, qu’il comparait à des cavernes. L’étude de Michel Despland se termine avec l’examen du contraste entre le paganisme où toutes les métamorphoses sont permises, tous les passages accessibles, toutes les transitions aménageables, et le christianisme et son sens très vif des ruptures.

The story of the first apparition of the archangel Michael as he takes possession of a cavern in Southern Italy (story preserved in the Acta Sanctorum) shows the Christians not daring to enter the obscure cave (of which we now know that it sheltered a sanctuary dedicated to Mithra). There is a sharp contrast between this and the pagan stories where the heroes enter caves without fear. The same contrast is found in texts about purely literary caverns. Plato’s wise person can tame the cavern in which he or she is born and manages to get free from it. Saint Augustine got lost in his inner spaces, which he compared to caverns. The article concludes with a contrast between paganism, where all metamorphoses are possible, all passages accessible and all transitions manageable et Christianity with its very sharp sense of breaks and discontinuities.

p. 347-356

Auteur

DESPLAND Michel
Michel DESPLAND est professeur au département de sciences religieuses à l'Université Concordia de Montréal.