« Ayez créance de Dieu » (Marc 11. 22)

À propos des expressions « pistis de Dieu » ou « pistis de Jésus », en Marc 11, 22 ou dans les textes pauliniens, Jacqueline Assaël montre que la traduction du mot grec par le substantif français « créance », pris dans toutes ses acceptions, permet de respecter la structure de la phrase grecque et suggère, en quelque sorte, la matérialité de l’objet de confiance produit par Dieu comme fondement de la foi à travers les paroles de promesse ou la crucifixion du Christ.

Jacqueline Assaël argues that in the phrases « pistis of God » or « pistis of Jesus », in Mark 11:22 or in the Pauline texts, the translation of the Greek word into the French « créance« , with all its various meanings, allows to maintain the structure of the Greek sentence while it brings to mind the material character of the object of confidence produced by God as the foundation of faith through the words of his promise or the crucifixion of Christ.

Télécharger l'article gratuitement

p. 161-175

Auteur

ASSAËL Jacqueline
Jacqueline ASSAËL est professeur de langue et de littérature grecques à l'université Nice Sophia Antipolis, et membre du Centre transdisciplinaire d'épistémologie de la littérature (CTEL).